LE CONSERVATOIRE D’ANATOMIE

Au cœur de notre bâtiment historique, le conservatoire d’anatomie a constitué un outil pédagogique incomparable pour des générations d’étudiants en médecine, avant que n’existent les techniques actuelles d’exploration du corps humain. Il constitue aujourd’hui un témoin privilégié de l’histoire de l’enseignement de l’anatomie.

1851

date de création

500

m2 de galerie

5600

pièces conservées

Qu‘est-ce que c’est ?

Au milieu du XIXe siècle, le bâtiment historique, ancien palais épiscopal qui abrite depuis 1795 la Faculté de Médecine et ses collections, s’agrandit grâce à l’édification d’une aile destinée à l’enseignement pratique de l’anatomie. La conservation et l’étude des collections y sont organisées au sein d’un conservatoire d’anatomie.

Le conservatoire d’anatomie de Montpellier est une galerie de plus de 500 m² édifiée en 1851 par l’architecte Pierre-Charles Abric (1800-1871) : véritable « temple » de la médecine, le conservatoire présente, dans un cadre majestueux rythmé par des colonnades et sous l’égide de médecins célèbres et d’allégories de diverses sciences peints par l’artiste montpelliérain Jean-Pierre Montseret (1813-1888), une succession de vitrines déclinant la description du corps humain en détail ainsi que ses pathologies

Une collection liée à l’enseignement

Une grande partie de la collection est constituée de préparations anatomiques déposées par les professeurs et les étudiants en médecine au XIXe et au début du XXe siècle, ce qui illustre la spécificité du conservatoire d’anatomie : par essence lié à l’enseignement, le conservatoire a reçu de nombreuses pièces réalisées dans le cadre de cette activité. À cet ensemble s’ajoutent des collections complémentaires, comme les séries de moulages en cire, plâtre ou papier mâché, les instruments de chirurgie et le matériel orthopédique. Des collections corollaires, ayant trait à l’anatomie comparée et à la zoologie d’une part, à l’archéologie d’autre part, viennent encore s’agréger à cet ensemble, qui est une illustration exceptionnelle d’une démarche pédagogique visant à suggérer en un lieu une vision panoptique du corps humain.

Le conservatoire aujourd’hui

Le conservatoire d’anatomie conserve aujourd’hui près de 5 600 pièces réelles et artificielles issues de collections relevant de l’anatomie normale, pathologique et comparée. Ce fonds historique et patrimonial, reflet de l’histoire de l’enseignement médical à la faculté de médecine de Montpellier et témoignage des techniques anatomiques d’une époque, est clos depuis 1996, date de la dernière entrée d’objets par les professeurs dans les collections du conservatoire. La protection par le classement au titre des monuments historiques en 2004 de la totalité du fonds, ainsi que du bâtiment historique qui l’abrite, marque définitivement le caractère patrimonial des collections de la faculté de médecine. Depuis lors, le conservatoire n’ouvre ses portes que dans le cadre de visites guidées organisées par l’Office de Tourisme de Montpellier Méditerranée Métropole. En 2021, le conservatoire fait l’objet de rénovations dans le but d’améliorer l’étanchéité de ses huisseries. En savoir +

Félice Fontana (1730-1805) 

Felice Fontana est un abbé, médecin,
naturaliste et physicien italien. De 1771 à 1775,
il met en place La Specola – Musée royal et
impérial de physique et d’histoire naturelle – à
Florence où il s’installe définitivement en 1780.
Son atelier de modelage de cires anatomiques
devint rapidement le plus célèbre d’Europe.
En 1796, Bonaparte visite La Specola et émet le
souhait d’obtenir un exemplaire de certaines
œuvres pour les écoles de santé françaises.
D’abord destinées à être acheminées vers Paris,
c’est finalement à Montpellier qui obtiendra les
œuvres de Fontana grâce à l’entremise du
médecin montpelliérain Jean-Antoine Chaptal,
alors ministre de l’Intérieur.

Louis Auzoux (1797-1880)

Louis Auzoux est un médecin français,
créateur des premiers modèles anatomiques
en papier mâché, dits « clastiques » car
démontables en plusieurs pièces suivant
l’ordre d’une dissection.
Fort de son succès auprès de la communauté
scientifique, il développe ses créations et
monte son atelier en Normandie où il enrichit
son catalogue de modèles humains, animaux
et végétaux.
Louis Auzoux est à l’origine d’une véritable
révolution de l’enseignement de l’anatomie
car pour la première fois des objets artificiels
démontables sont utilisés en compléments des
dissections.

L’écorché, dit « Le Bêcheur »

Véritable emblème du conservatoire
d’anatomie, le Bêcheur est une sculpture en
carton-plâtre réalisée par Alphonse Lami en
1858.
Cette pièce artistique représente une myologie
du corps humain (science anatomique qui
étudie les muscles). Ici, le sujet est en en plein
effort, une posture dynamique qui permet
d’apprécier le comportement des muscles.
Le Bêcheur a été prêté au Museum
Metropolitan of Arts de New-York en 2018 pour
l’exposition Like Life, et au musée Fabre en
2020 pour l’exposition Art et anatomie qui
célébrait les 800 ans de la faculté de médecine.

Infos pratiques

Le conservatoire est fermé pour une durée d’un an environ à compter de juillet 2021. Durant cette période, il ne sera pas accessible au public.

En temps normal, le conservatoire n’est pas ouvert en visite libre. Cependant, la visite du conservatoire est incluse dans la visite guidée du bâtiment historique de la faculté organisée par l’Office de Tourisme Montpellier Méditerranée Métropole.

  • Contact Office de Tourisme : 04 67 60 60 60

Le patrimoine historique de la Faculté de Médecine est géré par la Direction du patrimoine historique et de la culture scientifique (DCSPH) et deux de ses services (Université de Montpellier).