Archive d’étiquettes pour : cancérologie

La période de rentrée est souvent synonyme de réflexion et de renouveau. Une période où de nombreuses personnes réfléchissent à leurs perspectives d’avenir : l’occasion où jamais de se pencher sur un projet de formation continue ! Nous vous proposons à cette occasion de vous présenter l’un de nos 198 DU et DIU : le DU de la Cellule Normale à la Cellule Tumorale. Pour cela, nous sommes partis à la rencontre des deux co-responsables de ce DU, Madame Szablewski et Monsieur Ramirez. Interview.

 

Madame Szablewski, Monsieur Ramirez, bonjour. Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

VS : Je suis le Dr Vanessa Szablewski, MCU-PH en Anatomie et Cytologie Pathologiques au CHU de Montpellier. Je suis spécialisée en hématopathologie et en pathologie ORL. Pour mon activité de recherche je suis rattachée à l’UMR 1058 INSERM Pathogénèse et contrôle des infections chroniques et émergentes. Ma thématique de recherche porte sur le rôle des Human PapillomaVirus (HPVs) dans les cancers de la sphère ORL

JMR : Je suis docteur en sciences biologiques pour la santé depuis 2005. Après l’obtention de ma thèse, j’ai réalisé plusieurs post doctoraux à l’étranger, aux Etats-Unis à Washington DC, en Suisse à l’Hôpital Universitaire de Genève, en Espagne au CIC (Centro d’investigation contra el cancer) pour finalement retourner en France à l’IRMB à Montpellier. En 2015, j’ai été recruté comme maître de conférences à la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes dans le service du professeur Thierry Lavabre-Bertrand où j’enseigne l’histologie et la biologie cellulaire. En 2019, nous avons créé avec Vanessa le 1er site de lames virtuelles associant trois disciplines l’anatomie, l’anatomie pathologique et l’histologie.

 

Vous êtes tous les deux responsables du DU “De la Cellule Normale à la Cellule Tumorale”, qu’est ce qui vous a poussé à créer cette formation ?

JMR : L’histologie et l’anatomie pathologique sont deux disciplines étroitement liées, il m’est apparu indispensable pour un chercheur dans le domaine de la santé de connaître l’histologie (l’étude des tissus) mais aussi les tissus pathologiques.

 

À qui s’adresse prioritairement cette formation ? Combien de temps dure-t-elle ?

VS : Cette formation s’adresse à tous les chercheurs qui travaille dans le domaine de la cancérologie mais aussi à ceux qui souhaite connaître les tissus du corps humains et les pathologies qui leurs sont associées. Elle s’adresse également aux médecins qui souhaitent s’orienter vers un parcours recherche ou aux médecins cancérologues qui souhaitent acquérir les bases fondamentales en cancérologie scientifique. La formation se déroule sur une année universitaire, mais les cours ont lieu entre le mois de février et le mois de juin. 52h d’enseignements sont au programme, réparties sur 6 modules.

 

Quelle valeur ajoutée tireront de cette formation les futurs diplômés ? Ouvre-t-elle de nouvelles voies professionnelles aux inscrits ?

JMR : Les valeurs ajoutées sont tout d’abord l’acquisition de nouvelles compétences fondamentales pour être mieux armé dans l’exercice des ses fonctions, pour les futurs médecins ou chercheur dans le domaine de la cancérologie. Puis, pour tous les futurs médecins, être en mesure de mieux interpréter les résultats médicaux établis par un médecin spécialiste de l’anatomie pathologique.

 

Jeudi 27 janvier 2022, Docteure Catherine Alix-Panabières a reçu, lors de la 15ème Biennale de Cancérologie, le prestigieux prix Savchuk dans le cadre de ses travaux sur les “biopsies liquides”. Retour sur 23 années de recherches dans le domaine de la cancérologie.

Une carrière axée sur le développement de la biopsie liquide

Le Docteur Alix-Panabières, directrice du laboratoire Cellules Circulantes Rares Humaines (CCRH) au CHU de Montpellier, se consacre à ses recherches depuis 23 ans. Inventé par ses soins en 2010 avec son collaborateur Allemand, le Professeur Klaus Pantel de Hambourg, le terme “biopsie liquide”, en complémentarité à la biopsie tissulaire, est une prise de sang à réaliser de manière répétée au cours du traitement d’un patient.

 

Un procédé non invasif

La biopsie liquide permet d’accéder à des cellules ou des éléments circulants qui sont relargués par la tumeur primaire ou des métastases. L’avantage ? Elle offre la possibilité d’étudier des tumeurs localisées à des endroits inaccessibles, de façon répétée tout en étant non invasive. Après avoir réalisé la prise de sang, celle-ci permet d’accéder alors à des informations sur l’évolution de la tumeur et donc du traitement.

Ses recherches sont axées sur trois aspects fondamentaux :

  1. Comprendre la biologie de la tumeur et sa destination.
  2. La technologie : le Docteur Alix-Panabières travaille sur un brevet axé sur cette nouvelle technique permettant de détecter les cellules tumorales circulantes.
  3. Une étude clinique translationnelle. La biopsie liquide permet d’adapter le traitement en fonction du stade de chaque patient notamment pour le lancement du traitement.

Nous adressons toutes nos félicitations au Docteur Catherine Alix-Pananières pour ce prix !