En 2016 et 2018, Mesdames Barjon et Blanc, filles de l’ancien Doyen Gaston Giraud, lèguent les archives de leur père à l’université de Montpellier. Ces archives permettent aujourd’hui de vous proposer une exposition sur les évolutions des différents bâtiments et sites de la Faculté depuis le VIIème centenaire commémoré en 1921.

 

Une exposition divisée en plusieurs parties

Cette exposition, réalisée par le service des archives de l’Université de Montpellier, (Sophie Dikoff, Antoine Redouly et Gwendoline Perrault) en collaboration avec Mme Barjon et Monsieur le Professeur Dedet et avec la participation en particulier du Doyen Jacques Bringer, du Professeur Daniel Jarry et de M Serge Caminade, portera sur les évolutions des différents bâtiments et sites qui composent la Faculté : le Bâtiment Historique,  l’Institut de Biologie,  les extensions à Nîmes et sur le site Nord de Montpellier (l’UPM et le bâtiment du campus Arnaud de Villeneuve) et pour finir le Jardin des Plantes.

Plongez-vous au cœur des archives

Grâce aux dons de la famille de l’ancien Doyen Giraud, cette exposition est riche en photographies. Vous pourrez admirer des photos des anciens bâtiments pour ainsi vous rendre compte de toutes les évolutions architecturales de ceux-ci. L’exposition met également en valeur d’autres documents significatifs du développement des bâtiments, comme par exemple des plans architecturaux, des lettres manuscrites, des cartes postales…

Un travail de grande envergure

A cette occasion, nous avons interrogé Sophie Dikoff, l’archiviste en charge de cette exposition pour comprendre comment celle-ci a été mise en place.

Pourriez-vous nous parler de votre métier ?

Mon rôle, en tant qu’archiviste au sein de l’Université de Montpellier est d’accompagner l’ensemble des structures à traiter leurs archives conformément à la législation en vigueur sur les archives publiques. Cette mission se fait en lien avec les archives départementales de l’Hérault qui exerce un contrôle scientifique et technique.  Les archives permettent de laisser une trace des évolutions qu’elles soient architecturales, sociétales…

 

D’où proviennent les archives présentes dans cette exposition ?

La majorité de celles-ci provient des dons de la famille du Doyen Giraud. En effet, le doyen conservait beaucoup de documents sur ces différents travaux en tant que Doyen de la Faculté de Médecine de Montpellier mais aussi à titre individuel, passionné par l’histoire de la Médecine et de la Faculté de Montpellier. Les autres archives proviennent de la collection iconographique de l’Université, de la photothèque de l’Université et de celle de la Conférence des Présidents d’Université qui ont été complétées par des photographies réalisées pour l’exposition.

 

Combien de temps avez-vous mis à préparer cette exposition ?

L’exposition devait initialement avoir lieu en octobre 2020 mais face aux contraintes sanitaires, nous avons dû la reporter. Je travaille donc sur ce projet environ depuis le début de l’année 2020. Le processus est très long puisqu’il faut d’abord effectuer des recherches pour pouvoir connaitre les différents aspects du sujet (recherches dans les archives, lectures, rendez-vous auprès de personnes ressource), sélectionner les documents les plus intéressants, solliciter des autorisations d’utilisation des photos en fonction des droits d’auteur, rédiger des textes, déterminer un parcours de visite. Côté scénographie, nous avons fait appel à un scénographe professionnel, André Dumonnet. Pour cette exposition, le parti-pris a été de  faire une présentation par bâtiment et ensuite par ordre chronologique. Un panneau présente une chronologie tous bâtiments et sites confondus.

 

Une exposition ouverte à tous

L’exposition qui aura lieu du 18 juin 2021 à 13h30 au 21 juillet 2021 à 18h00 est gratuite. Les visites seront libres du mercredi au vendredi de 13h30 à 18h ainsi que les samedis de 10h à 12h30 et guidées les samedis de 13h30 à 18h.

 

« La Maison de Santé Pluridisciplinaire Universitaire (MSPU) Avicenne fut inaugurée à Cabestany près de Perpignan en 2018. En juin 2021, deux autres MSPU viennent compléter ce dispositif territorial. A l’occasion de cette ouverture, un moment solennel a eu lieu le jeudi 27 mai pour faire un bilan de la MSPU de Cabestany, et de présenter le projet des deux nouvelles MSPU. »

 

MSPU : Kézako ?

Une Maison de Santé Pluridisciplinaire est une maison de santé pluriprofessionnelle ayant conclu, avec l’ARS et une université ayant une composante médecine, une convention ayant pour objet le développement de la formation et de la recherche en soins primaires. 

 

La MSPU d’Avicenne : un bilan concluant

Cette MSPU, gérée par le Dr Mark OUDE ENGBERIK et regroupant une trentaine de professionnels de santé dans différents domaines, a réalisé plusieurs projets depuis ces 5 dernières années. Deux projets principaux ont été abordés lors de cette conférence :

  • Le projet TSAPP  qui vise à former les professionnels de santé concernant l’accès aux soins des personnes en situation de handicap.
  • Le projet SPES (Soins Primaires Environnement et Santé) qui a pour objectif de développer la culture santé et environnement des professionnels et du grand public.

Sur le plan universitaire, cette MSPU est dotée de 16 maîtres de stage dans plusieurs domaines de santé et accueille 6 à 10 stagiaires par an.

Deux nouvelles MSPU dans la région

Suite au succès des projets menés par la MSPU d’Avicenne, deux autres maisons ont été inaugurées dans la région afin de répondre aux besoins territoriaux dans ce domaine.

  • MSPU LA SOURCE

    • Inaugurée en février 2020, cette MSPU est localisée à Vergèze et est gérée par le Dr Céline Varraut.
    • Elle compte, en son sein, 25 professionnels dans 10 domaines de santé différents
    • Elle axe ses objectifs autour de trois grands thèmes : le territoire, la formation et les soins
  • MSPU Pauline Lataud

    • Cette MSPU est multisites, ainsi elle est localisée à Castries, Prades le Lez, Saint Georges d’Orques et Vendargues et est gérée par le Dr Philippe Lognos.
    • Elle compte, en son sein, 50 professionnels dans 9 domaines de santé différents
    • Elle axe également ses objectifs autour des mêmes thématiques que la précédente.

Un projet commun se dessine autour de ces trois MSPU : construire un réseau de recherche et rendre le service accessible aux citoyens de proximité.

A l’occasion de l’avis favorable de l’HAS concernant la primo-prescription du traitement pré-exposition (PrEP) en ville, les Départements Universitaires de Médecine Générale de Toulouse et de Montpellier, ainsi que le COREVIH Occitanie (Comité de la coordination régionale de la lutte contre les IST et le VIH), vous proposent une soirée thématique en ligne sur la prévention du VIH, notamment par la PrEP, les IST, ainsi que les problèmes d’addiction autour de la santé sexuelle.

 

Déroulement du webinaire

Le webinaire aura lieu le lundi 14 juin à 20h. Celui-ci est destiné aux médecins généralistes exerçant dans la région Occitanie.
Les modérateurs de cet événement seront Julie Dupouy (MCUPH, DUMG Toulouse), Beatrice Lognos (MCUPH, DUMG Montpellier) et Marie Bistoquet (Médecin COREVIH).

  • Introduction et COREVIH en deux mots (modératrices)

  • Épidémiologie VIH, IST en 2020 (France, Occitanie, Villes) (Alain Makinson, président du COREVIH, MCUPH Maladies Infectiuses Montpellier) (15 minutes)

  • IST : prise en charge et vaccination (Dr Pauline Lansalot Matras, Médecin COREVIH) (20 minutes)

  • La PrEP, que disent les études ? (Pr Pierre Delobel, Maladies Infectieuses, Toulouse) (20 minutes)

  • La prévention diversifiée et la PrEP en pratique (Dr Cyril Perrollaz, CeGIDD Montpellier), (15 minutes)

  • Substances psychoactives et performances sexuelles : le chemsex (Pr Hélène Rigole, Addictologie Montpellier) (20 minutes)

  • La Prep et prévention en ville : ce que je fais (Dr Julien Artigny, DUMG Toulouse) (20 minutes)

  • Synthèse et questions-réponses (30 minutes)

La célébration des 800 ans de notre Faculté se poursuit avec un nouvel événement ludique ! Rejoignez l’équipe du Manoir du Crime le samedi 5 et le dimanche 6 juin pour des soirées inoubliables et pleines de frissons…

Une enquête grandeur nature

Le bâtiment historique sera le théâtre d’un jeu grandeur nature. Fans de Cluedo et de séries policières, revêtez votre plus beau costume d’enquêteur pour élucider les mystères de la Troupe du Manoir !

Nous sommes en 1806. Gabriel Prunelle est sur les route de l’Empire et réunit une importante collection d’ouvrages afin de constituer une bibliothèque unique en son genre.
Mais pendant ce temps, à Montpellier, quelque chose de sombre se trame dans la faculté. Un des ouvrages récupérés par Monsieur Prunelle est au coeur d’une découverte macabre. 
Saurez-vous découvrir le fin mot de l’histoire ?

Cette Soirée du Crime signe le retour de l’Association Manoir du Crime après plusieurs mois d’attente.
Et c’est avec l’Université de Montpellier et la Faculté de médecine que la Troupe du Manoir fête son retour.
A l’occasion des 800 ans de la faculté, nous avons encore une fois la chance de pouvoir vous accueillir dans le cadre prestigieux de l’amphithéâtre d’anatomie du bâtiment historique situé en face du Jardin des Plantes.

Une manifestation dans le respect des gestes barrières

Soucieux de vous offrir une belle soirée dans un cadre incroyable tout en respectant les consignes sanitaires, voici les règles à respecter :

– le masque est obligatoire pour tout le monde, les membres de la Troupe compris.
– du gel hydroalcoolique sera mis à disposition. N’hésitez pas à l’utiliser.
– Des équipes de 6 joueurs seront constituées afin de respecter la règle des “6” en vigueur
– Les équipes seront réparties dans l’amphithéâtre afin de respecter la distanciation sociale
– Les “assistants” de la soirée (membre de la Troupe du Manoir) seront gantés afin de vous donner les documents de la soirée.
– Une partie de la soirée se déroulera en plein air, dans la cour d’honneur.

Un événement sur inscription

Deux sessions sont proposés :

  • Le samedi 5 juin de 17h à 20h
  • Le dimanche 6 juin de 15h30 à 18h30

Tarif unique : 20€

L’Université de Médecine de Montpellier est la plus ancienne école universitaire de médecine du monde. Elle a célébré ses 800 ans le 17 août 2020. A cette occasion, une série d’événements devait avoir lieu pendant l’année 2020. Face à la situation sanitaire actuelle, ces événements ont dû être reportés en 2021. Les 800 ans sont marqués par de multiples manifestations qui se dérouleront jusqu’à la fin de l’année. Parmi elles, 5 colloques scientifiques ou académiques sont organisés à distance ou en présentiel dans les bâtiments de la faculté.
Découvrez-les ci-dessous :

  • Le colloque SFHST

    Du 21 au 24 avril 2021

    Cette année, la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST) a choisi Montpellier pour organiser son congrès triennal et participer ainsi aux événements liés au 800e anniversaire.100% digital, ce congrès rassemble des professeurs et des experts de haut niveau, venus de toute l’Europe.

  • La faculté écrit son histoire contemporaine

    29 mai 2021, 10h

     Cette manifestation, destinée au grand public, permettra de raconter l’épopée des grands médecins montpelliérains du monde contemporain. Cet événement se déroulera au sein du bâtiment historique de la faculté de Montpellier.


    La faculté écrit son histoire contemporaine

  • Colloque Médecine et Judaïsme

  • Colloque Gui de Chauliac

    Colloque Gui de Chauliac

  • Réunion de la SFHM

    Le 18 et 19 juin 2021

    La Société Montpelliéraine d’Histoire de la Médecine (SMHM) ainsi que la Société Française d’Histoire de la Médecine (SFHM) se réunissent pour des journées communes centrées sur les 800 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier.

 

Découvrez le programme de chaque événement et les modalités d’inscription sur le site des 800 ans.

Le Professeur Jean-Pierre Dedet est médecin et microbiologiste. Il est professeur émérite à la Faculté de Médecine de l’Université de Montpellier depuis 2010. A la suite de son ouvrage « 800 ans d’enseignement de la Médecine à Montpellier : la plus ancienne École de Médecine du Monde Occidental » sorti l’an passé à l’occasion des 800 ans de la Faculté de Médecine, le Professeur Dedet revient avec son nouveau livre « Epidémie : de la peste noire à la covid-19 »* traitant sur les différentes épidémies à travers l’histoire.

L’ouvrage :

Le nouvel ouvrage* du professeur Dedet, paru aux éditions Dunod (collection EKHO) est disponible depuis ce mois d’avril 2021.

Cet ouvrage relate l’histoire des plus grandes épidémies, replacées dans leur contexte global, scientifique comme historique. Il nous offre également la possibilité de réfléchir sur la façon dont apparaissent les épidémies et sur la possibilité de les anticiper. Cet ouvrage est également introduit par une préface écrite par Françoise Barré-Sinoussi, lauréate du prix nobel de Médecine et de Physiologie en 2008.

 

Rencontre avec Jean-Pierre Dedet, Professeur émérite de la Faculté et auteur de l’ouvrage :

 

Dans ce nouveau livre vous traitez le sujet des épidémies, pourquoi avoir voulu aborder ce sujet ?

Ce livre est une réédition d’un premier ouvrage intitulé “Les épidémies, de la peste noire à la grippe A/H1N1” paru aux éditions Dunod en 2010. Face à la crise sanitaire actuelle, cet ancien ouvrage a suscité un regain d’intérêt. Les Editions Dunod m’ont alors proposé de rééditer le livre et de parler de l’épidémie actuelle ce que j’ai accepté volontiers.

 

Comment est traité la thématique des épidémies dans votre ouvrage ?

Ce livre a une double démarche : d’abord celle de parler de l’histoire des épidémies d’un point de vue scientifique ; de montrer quels ont été les progrès scientifiques dans le domaine épidémiologique à travers l’histoire. Mais également, de parler des épidémies dans l’histoire : quelles sont les conséquences d’une épidémie sur le plan humain, sociologique, économique, culturel etc. ? Quel poids représentent les anciennes épidémies à l’heure actuelle ? Quels sont les facteurs de la naissance des épidémies ? Quelles sont les évolutions de celles-ci à travers l’histoire ? Quelles sont leurs positions actuellement ?

 

A qui est destiné ce livre ?

Cet ouvrage est destiné au grand public. Les épidémies et leurs histoires y sont expliquées de façon simplifiée afin que ce livre soit accessible à tous les lecteurs. L’objectif est de vulgariser le sujet et d’essayer de faire prendre du recul au public sur les épidémies en général et sur la Covid-19 en particulier.

 

Vous avez sollicité l’intervention de Françoise Barré-Sinoussi pour la rédaction de la préface, pour quelles raisons ? 

J’ai exercé pendant 20 ans au sein de l’institut Pasteur, cela m’a permis de rencontrer beaucoup de personnes dans le domaine. J’avais déjà fait appel à Luc Montagnier pour mon ouvrage “La microbiologie, de ses origines aux maladies émergentes” paru en 2007. Françoise Barré-Sinoussi est spécialisée dans l’épidémie du SIDA ce qui lui a valu le prix Nobel de Médecine et de Physiologie en 2008. Cela m’a donc paru évident de faire appel à elle. Cet ouvrage est un peu le lien entre ma carrière Pasteurienne et Montpelliéraine !

 

Quels sont vos projets pour la suite ?

Actuellement, je commence à écrire mon prochain livre qui portera sur les vaccins et la vaccination. Celui-ci sera également à destination du grand public.

*Le nouveau livre du Professeur Dedet est disponible au prix de 8,90€ dans les librairies ainsi qu’en ligne.

MUSE, Montpellier Université d’Excellence organise un jeu concours, à destination des étudiants, afin de tester leurs connaissances sur celle-ci.

Le concours CONNECT se déroule du 29 mars au 9 avril 2021  et est réservé aux étudiants faisant parti du consortium MUSE pendant l’année universitaire 2020-2021.

Les étudiants doivent répondre à 10 questions à choix multiples sur les thématiques de MUSE.

A l’issu de ce questionnaire, les étudiants auront la possibilité de remporter un des 100 lots mis en jeu :

  •  15 cartes cadeaux centre commercial Odysseum de 500€
  • 20 cartes cadeaux centre commercial Odysseum de 250€
  • 40 cartes cadeaux centre commercial Odysseum de 100€
  • 25 sweats Montpellier Université d’Excellence

Le tirage au sort aura lieu entre le 26 et le 30 avril 2021.

 

 

 

Bonne chance à tous !

L’entrée dans les études de santé à Montpellier étant difficile à appréhender, l’Association du Tutorat Santé de Montpellier (ATSM) propose une semaine de stage et de formation afin que les lycéens puissent s’engager dans ces études informés et préparés !

 

Le programme :

A l’occasion de la semaine des lycéens, les membres de l’Association du Tutorat Santé de Montpellier ont préparé un programme complet pour accompagner au mieux les futurs étudiants en médecine mais également leurs parents et les équipes pédagogiques des différents lycées.

 

  • Cette semaine, dédiée aux lycéens, se tiendra du 19 au 23 avril de 16h à 20h en dématérialisé depuis le logiciel Zoom !

 

  • A la fin de cette semaine entièrement gratuite, les lycéens connaîtront le fonctionnement et les rouages de la réforme d’accès aux études de santé (Médecine, Maïeutique, Pharmacie, Odontologie, Kinésithérapie et Ergothérapie pour le PASS) !

 

  • L’association propose également une formation dédiée à l’équipe pédagogique du secondaire afin d’acquérir les clés pour guider les lycéens dans leur choix de parcours.

 

  • Les lycéens seront au point sur l’offre des Tutorats durant cette année à savoir un accompagnement pédagogique et moral, entièrement gratuit et encadré par les professeurs de la faculté !

 

  • Les membres de l’association ATSM proposeront une séance de méthodologie pour anticiper l’entrée dans les études supérieures. Une conférence, mettant en lien des étudiants ayant réussi l’entrée dans les études de santé, leurs parents et les lycéens et leurs parents, sera également au programme.

 

  • Cette semaine s’étend aussi aux élèves de première et de seconde avec une présentation complète du programme du PASS et des LAS avec une réflexion sur les enseignements de spécialité à choisir.

 

  • Pour les élèves de terminale, les tuteurs proposeront un retour sur les points-clés du programme du lycée à bien maîtriser afin de s’assurer des bases solides.

Informations pratiques :

 

Cette année, les étudiants de l’Université de Montpellier ont la possibilité de montrer leurs talents à travers un concours de création graphique sur le thème du racisme.

Du 21 au 28 mars se déroule la semaine nationale d’éducation et d’actions contre le racisme. Pour cette occasion, la Mission de Prévention et d’Action contre le Racisme et l’Antisémitisme en coordination avec le Vice-Président Étudiant, la Direction Vie des Campus et la Direction de la Communication de l’Université de Monpellier, organisent un concours à destinations des étudiants.

Ce concours de création graphique, se déroulera du 23 mars au 28 mai 2021 et permettra aux étudiants de s’exprimer sur un sujet important : le racisme et l’antisémitisme. C’est à travers des créations graphiques (affiches, posts sur les réseaux sociaux, flyers, photographies, illustrations…) que les étudiants pourront mettre en lumière les engagements de lutte contre toutes formes de discriminations mis en place par l’Université de Montpellier.

Le concours :

  • Objectifs

    • Promouvoir les valeurs républicaines et sensibiliser à l’antiracisme via une création graphique
    • Déconstruire les préjugés
    • Défendre les valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité
  • Organisation

    • Récolte des créations graphiques
    • Election de 10 gagnants à l’issue de ce concours
  • Prix

    • Les 10 meilleures créations graphiques constitueront la base d’une campagne de sensibilisation, d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme.
    • Les 10 étudiant·e·s ayant réalisé les créations sélectionnées se verront remettre un bon d’achat produit FNAC d’une valeur de 150€.

 

 

Comment participer :

 

Bonne chance à tous !

Taxe d'apprentissage

Vendredi 19 mars 2021, nous avons eu le plaisir d’accueillir Antoine Petit, PDG au CNRS – Centre National de la Recherche Scientifique, au sein du campus Arnaud de Villeneuve dans le cadre de la signature d’une convention de partenariat avec l’Université de Montpellier. Nous avons également accueilli Philippe Poignet, directeur du LIRMM Laboratoire d’Informatique, de robotique et de Microélectronique de Montpellier, qui a présenté les projets de robotique chirurgicale qui sont hébergés à la Faculté de Médecine.

 

Intervention de Philippe Poignet directeur du LIRMM

 

Durant cet événement, nous avons eu la visite de Philippe Poignet, directeur du Laboratoire d’Informatique, de robotique et de Microélectronique de Montpellier. Il a profité de cette occasion pour présenter les projets de robotique chirurgicale qui sont hébergés par la faculté de Médecine au campus Arnaud de Villeneuve. Ces projets sont menés par une équipe du LIRMM appelée DEXTER qui se donne pour objectif de concevoir, réaliser et commander des robots performants capables de gestes fins, rapides et/ou précis.

 

Présentation de trois projets de robotique chirurgicale

 

  • Un projet de chirurgie maxillo faciale :

Porteurs du projet : Dr. Marie de Boutray (PH, Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie au CHU Montpellier et chercheuse associée dans l’équipe robotique chirurgicale du LIRMM) et Dr. Nabil Zemiti (MCU à l’UM) et Pr. Philippe Poignet (PU à l’UM) de l’équipe robotique chirurgicale du LIRMM.

Financements : Fondation des gueules cassées, Labex CAMI, Labex Numev.

Description du projet : Actuellement, face à une perte de substance mandibulaire, le gold standard est de réaliser une reconstruction osseuse autologue par lambeau libre de fibula (greffe osseuse fibulaire) revascularisé au niveau des vaisseaux cervicaux. La difficulté principale de cette chirurgie réside dans la conformation de l’os fibulaire long et rectiligne, en un lambeau angulé dans les 3 plans de l’espace pour s’adapter à la forme de la mandibule à reconstruire. A l’heure actuelle, des moyens existent pour aider l’équipe chirurgicale à obtenir de manière optimale cette conformation 3D, telles que les guides de coupe et plaques sur mesure ou les modélisations par impression 3D. Mais ces techniques restent très coûteuses et extrêmement chronophages ce qui constitue un frein à leur utilisation en pratique quotidienne. Les porteurs du projet se sont donc intéressés à l’amélioration de cette conformation fibulaire par l’utilisation d’un robot collaboratif pour le guidage du geste chirurgical. Pour cela, ils ont développé une technique de conformation fibulaire robot-assistée couplée à une modélisation virtuelle des ostéotomies. Ce projet est en cours de validation préclinique sur modèle cadavérique au niveau de la faculté de médecine de Montpellier.

  • Un projet de chirurgie orthopédique de l’épaule :

Porteurs du projet : Dr. Pierre-Emmanuel Chammas (Chirurgie orthopédique CHU de Montpellier) et Dr. Nabil Zemiti (MCU à l’UM) et Pr. Philippe Poignet (PU à l’UM) de l’équipe robotique chirurgicale du LIRMM.

 Description du projet :  L’important vieillissement des populations occidentales engendre une augmentation de l’incidence des fractures liées à l’ostéoporose ainsi que des pathologies arthrosiques. L’arthroplastie ou remplacement prothétique d’une articulation, est une indication fréquente dans ces pathologies au niveau de l’épaule (en 2010, 10.831 actes en France). Les enjeux médico-économiques sont importants, avec la nécessité d’opérer plus de patients, avec une sécurité, une précision et une rapidité toujours plus grande.

Ces conditions sont nécessaires à un retour aux conditions de la vie antérieure le plus bref possible et au maintien de l’autonomie de la personne, directement corrélée avec l’espérance de vie chez le sujet âgé.

Le positionnement optimal des prothèses articulaires représente l’un des critères les plus importants pour obtenir le meilleur résultat fonctionnel en post-opératoire, le moins de complications possibles, ainsi qu’une durée de vie supérieure de la prothèse en limitant le risque d’usure à moyen et à long termes.

Dans ce contexte et plus précisément en chirurgie de prothèse totale d’épaule, le bon positionnement de l’implant glénoïdien est l’un des déterminants du résultat fonctionnel et de sa longévité. Il est dépendant du positionnement initial d’une broche guide. L’instrumentation conventionnelle est caractérisée par une variabilité importante de positionnement même quand elle est réalisée par des cliniciens experts. Les solutions de chirurgie assistée par ordinateur permettent un positionnement précis et reproductible avec certaines limites. Les porteurs de ce projet ont proposé de mettre en place une assistance robotique pour un positionnement précis et reproductible de la broche glénoïdienne par rapport à l’usage d’une instrumentation conventionnelle. Ils ont démontré lors d’une étude préclinique réalisée au niveau de la faculté de médecine de Montpellier que cette solution permettait un positionnement angulaire plus précis et reproductible de la broche glénoïdienne et ce indépendamment du niveau d’expertise de l’opérateur.

  • Un projet de chirurgie ORL : 

Porteurs du projet : Dr. Fréderic Venail (PU-PH Chirurgie ORL du  CHU de Montpellier) et Dr. Nabil Zemiti (MCU à l’UM),  Pr. Philippe Poignet (PU à l’UM)  et Lucas Lavenir (doctorant à l’UM) de l’équipe robotique chirurgicale du LIRMM.

Financements : Fondation Agir pour l’audition, Labex CAMI, Région Occitanie.

 

Description du projet : Les implants cochléaires sont les premières neuroprothèses fonctionnelles à avoir été développées pour les sujets humains. Elles restaurent la perception auditive chez les individus atteints de surdité sévère à profonde. L’implantation de ces prothèses requiert l’insertion d’un porte-électrode dans la cochlée permettant ainsi la stimulation électrique de l’extrémité des fibres du nerf auditif.

Aujourd’hui, l’insertion de ce porte-électrode est une étape critique de la procédure chirurgicale car elle nécessite de faire avancer ce réseau d’électrodes de 1mm de diamètre dans un petit trou (~2mm) de la cochlée (fenêtre ronde). Cette insertion est réalisée en clinique de manière manuelle, en « aveugle » et sans possibilité de contrôle et de correction de trajectoire à l’intérieur de la cochlée.

L’absence de contrôle visuel et la faible manipulabilité du porte-électrode sont à l’origine de nombreux dommages causés aux structures cochléaires et la perte consécutive de l’ouïe résiduelle.  Un tel risque empêche l’implantation d’implant cochléaire chez les individus atteints de surdité plus légère.

Pour répondre à ces problématiques, les porteurs du projet travaillent actuellement (travaux de thèse de Lucas Lavenir) sur le développement d’un logiciel de navigation permettant le guidage du geste chirurgical pour la pose de neuroprothèses auditives en utilisant une sonde ultrasonore dédiée….

Cette sonde est portée par le système RobOtol de chez Collin Medical, ce qui ouvre la possibilité de suivi automatique du mouvement d’insertion et le guidage de l’électrode.

L’aboutissement de ce projet ouvrira la voie à des interventions thérapeutiques plus sûres pour les pathologies de l’oreille interne, telles que l’administration in situ de médicaments ou la thérapie génique qui ne peuvent être réalisées sans risque avec les outils dont les chirurgiens ORL disposent actuellement.

 

Une convention de partenariat pour la période 2021-2026

Le CNRS et l’Université de Montpellier renouvellent pour une seconde période quinquennale leur partenariat. Cette convention qui lie le CNRS, l’Université de Montpellier, l’Université Paul Valéry, l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier ainsi que la Région Académique d’Occitanie a pour objectif de préciser les éléments de politique scientifique partagée, déclinée au travers du pilotage des unités communes et de sa mise en oeuvre opérationnelle en entérinant des accords fondamentaux sur leur gestion et leur fonctionnement.

 

Les cinq grands domaines scientifiques du partenariat

 

 

  • Agriculture-Environnement-Biodiversité

    Ce domaine est un point fort de l’Université de Montpellier qui mène des recherches sur la biodiversité et qui considère un large éventail d’organismes et de milieux. L’Université est classée 1ère université française et 2ème université mondiale au classement de Shanghai 2020 sur l’écologie.

  • Biologie-Santé :

    En matière de biologie,  Montpellier est l’un des sites nationaux les plus attractifs et visibles à l’échelle nationale.

  • Chimie

    Visible et attractif au niveau mondial, la chimie montpelliéraine constitue un pôle d’excellence sur trois domaines essentiels répondant à de grands enjeux sociétaux : énergie, matériaux et vecteurs ; valorisation des ressources naturelles et procédés de la chimie durable ; santé et protection de l’homme. 

  • Mathématiques, Informatique, Physique, et Systèmes

    Plusieurs sujets de recherche fondamentale sont traités et appliqués à travers ce domaine scientifique notamment en mathématiques, informatique, mécanique, physique et astrophysique.

  • Sciences humaines et sociales

    L’université de Montpellier concentre ses recherches dans ce domaine à travers différentes thématiques : 

    • les sciences du territoire
    • les sciences de l’environnement
    • les sciences économiques
    • les sciences politiques
    • les domaines du droit

 

Un comité d’orientation et de suivi

Afin d’assurer le suivi du partenariat, tant sur le plan stratégique que sur le plan opérationnel, la convention prévoit la constitution d’un comité d’orientation et de suivi. Les signataires s’engagent à partager des bilans régulièrement. Les modalités de cette convention sont définies suite à une négociation guidée par un objectif d’équilibre et de prise en compte des spécificités des unités partagées.

 

Nous remercions Nabil Zemiti, porteur des trois projets de robotique chirurgical, qui nous a apporté son aide précieuse quant à la rédaction de cet article.