Archive d’étiquettes pour : Patrimoine

Le portraitiste plasticien Cédric Matet et l’artiste numérique Jane Kleis sont de retour, pour présenter leur œuvre « L’anatomie du secrétaire » lors de l’exposition : « Les Aliénés du Mobilier national, le retour » à la Cité de la photographie et de l’image à Paris.

Cédric Matet et Jane Kleis ne sont pas inconnus de notre faculté…

Après une résidence au Conservatoire d’Anatomie de l’École de Médecine de Montpellier pour l’exposition « L’humain dans son Jardin », les artistes ont été inspirés pour l’exposition « Les Aliénés ».

Mais qu’est-ce que cette exposition voulue par Le Mobilier National ?

Il faut savoir que ce dernier, situé à Paris, possède d’innombrables meubles stockés, inutilisés ayant perdu leur caractère patrimonial.

Il a choisi de confier certaines de ses pièces à des artistes plasticiens dans l’objectif de revaloriser les collections de l’ancien Garde meuble royal. C’est ainsi que Jane Kleis et Cédric Matet ont été invités à réinterpréter un secrétaire du XIXème siècle oublié de tous.

Tel un écorché en anatomie, le plasticien et la photographe ont souhaité comprendre et ainsi révéler le secret de ce secrétaire datant du 19ème siècle. Le secrétaire est un meuble à la fois fonctionnel et décoratif. Il est composé d’un abattant qui permet de ranger des documents ou des objets précieux. Les artistes ont choisi de se concentrer sur l’aspect anatomique du meuble. Ils ont photographié les différentes parties du secrétaire, du piétement aux tiroirs, en s’attachant à en révéler la beauté et la complexité.

L’Anatomie du Secrétaire est alors née après un long travail exploratoire dans la continuité de leur résidence dans notre faculté.

Les artistes ont décortiqué le meuble pour comprendre ses essences, la complexité d’une telle fabrication et ainsi révéler sa beauté cachée. Sans trahir le meuble, celui-ci est dévoilé aux yeux de toutes et tous.

A travers l’art contemporain, la volonté est de redonner la parole au patrimoine, qui reprend ainsi vie.

L’exposition de Cédric Matet et Jane Kleis est une véritable invitation à la contemplation. Elle nous permet de découvrir un meuble d’un autre œil, de l’apprécier pour sa beauté et sa complexité. L’exposition « Les Aliénés du Mobilier national, le retour » est une occasion unique de découvrir un objet d’exception.

Les deux expositions des artistes témoignent de son intérêt pour la beauté et la complexité de la nature. Elles nous invitent à voir le monde qui nous entoure avec un regard neuf.

Cette exposition, se tient jusqu’au 2 janvier 2024.

Le conservatoire d’anatomie tient toujours son rôle d’enseignement auprès de nos étudiants en santé, et la preuve en est qu’il instruit autant les médecins que les artistes !

La faluche des 800 ans, offerte par les carabins, va trouver sa place dans la hall du campus santé Arnaud de Villeneuve.

L’inauguration aura lieu le 06 novembre 2023.

Ce patrimoine culturel immatériel se transmet, la tradition estudiantine n’a jamais été aussi vivante que dans la plus ancienne faculté de médecine au monde encore en exercice.

Projet MAP

Les étudiants de l’association Montpellier Artistic Project (MAP) vous invitent à venir disséquer une scène de l’œuvre de Godard « Le Mépris » lors de l’exposition exceptionnelle de l’artiste Sylvain Fraysse au Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Nous les avons rencontrés pour parler de ce projet inédit.

Comment est né ce projet ?

Le projet « Camille » est né en 2022, d’une envie des membres de la Montpellier Artistic Project de faire découvrir de nouvelles formes d’art aux étudiants de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Le bureau 2021-2022 de la MAP a ainsi pris contact avec le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) dans l’optique de créer un projet en commun et c’est ainsi qu’est née cette collaboration avec Sylvain Fraysse, artiste plasticien, et Céline Mélissent, chargée des publics et de la diffusion de la collection au FRAC.

 

En quoi consiste cette expérience artistique pour les visiteurs ?

L’exposition consiste en une expérience sensorielle en lumières et sons autour du film Le Mépris de Jean-Luc Godard. L’artiste utilise la Salle de Dissection du Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes pour y « disséquer » une scène du film. Lors de cette scène mythique, le réalisateur énumère à la manière d’une dissection les parties du corps de Camille, un des personnages principaux, incarné par Brigitte Bardot. Sylvain Fraysse recrée les filtres de couleurs de la scène à l’aide de gélatines sur les vitres de la salle de dissection et découpe aussi la bande-son originale du film pour en 24 fréquences. Il dissèque ainsi l’essence même de la scène.

 

La MAP c’est quoi exactement ?

La « Montpellier Artistic Project » est une association loi 1901 née en août 2020, de trois étudiantes en médecine qui voulaient organiser des activités artistiques au sein de la faculté.
Depuis 3 ans, le bureau de la MAP s’est agrandi et nous proposons divers ateliers et activités à travers nos quatre pôles : Arts Appliqués, Arts Oratoires, Arts Littéraires et Arts Culinaires. Pour cela, nous mettons à disposition du matériel et des séances d’initiation à diverses pratiques artistiques et organisons également des concours d’œuvres sur nos réseaux sociaux, ainsi qu’un concours d’éloquence chaque semestre.
Vous pouvez nous retrouver à travers notre mascotte, un caméléon qui prend le nom de Léon Art sur Facebook, ainsi que sur notre compte Instagram.

 

Pourquoi ce projet vous tient-il à cœur ?

Il nous tient à cœur car il nous permet de faire vivre le Bâtiment Historique de la Faculté en ouvrant une salle auparavant jamais ouverte au public, et ainsi de pouvoir donner une impulsion à l’association en sortant de nos ateliers habituels. Nous avons appris énormément de ce projet, et espérons qu’il plaira aux étudiants et aux visiteurs. De plus, nous sommes très fièr.es de participer à la candidature de Montpellier Capitale de la Culture 2028 et de pouvoir nous impliquer dans les dynamiques de la Métropole. C’est une expérience haute en couleurs qui nous permet de rassembler les étudiants.

 

Quels soutiens avez-vous pu rassembler ?

Nous avons eu l’opportunité de travailler avec Sylvain Fraysse et le FRAC via Céline Mélissent qui était notre interlocutrice privilégiée dans l’élaboration de ce projet. Ce dernier a eu la chance d’être sélectionné pour participer à la candidature de Montpellier Capitale Européenne de la Culture 2028, et nous avons ainsi pu bénéficier d’une aide financière pour la réalisation de l’exposition. La TaM nous a soutenu en accordant la mise en en place des affichages dans certains arrêts de tramway et de bus de la Métropole pour promouvoir l’exposition.
Nous avons également reçu le soutien de l’Université de Montpellier (UM) à travers le Fonds Solidaire d’Initiative Etudiante (FSDIE), et le service Arts et Culture de l’UM avec notamment Eléonore Szturemski, ainsi que de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Nous tenons à remercier tout particulièrement Madame la Doyenne Isabelle Laffont ainsi que le Professeur Gérald Chanques pour leur soutien et leur aide logistique.

 

Infos pratiques sur l’exposition

Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
2 rue de l’Ecole de Médecine
34000 Montpellier

 

Exposition ouverte au public du 22 mars au 18 avril :
  • mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h à 19h
  • samedi de 10h à 19h

Les étudiants  des médiations lors de ces jours d’ouverture, en visite libre.

Les mardis, des visites guidées seront proposées par les étudiants du master de médiation de la Faculté d’éducation de Montpellier.
  • Mardi 28 mars, 4 et 11 avril à 15h, 16h et 17h
  • Mardi 18 avril à 15h et 16h

Des créneaux de médiation supplémentaires proposés par les membres de l’association seront communiqués ultérieurement sur la page Facebook de l’évènement.

La 18ème édition de Primavera se tiendra le dimanche 19 mars 2023 au Jardin des Plantes de Montpellier. Des expositions, des conférences et une vente de plantes rares y auront lieu de 10h à 18h.

 

Vente de plantes rares Primavera

1. Une occasion en or d’acquérir une plante d’exception

La vente de plantes rares de Primavera a de quoi ravir les férus de botanique comme les jardiniers du dimanche. Imaginez : pouvoir admirer tous les jours un petit bout du Jardin des Plantes dans votre salon ou votre jardin. Le vert sera la tendance déco du printemps !

 

2. Une journée source de savoir

Jardin des Plantes

Les 3 conférences à ne pas rater :

  • 14h30 : « La nomenclature végétale : des auteurs pré-linnéens au Code de Shenzhen » par Pierre COULOT, pharmacien biologiste, fondateur et
    président de la Société botanique d’Occitanie, spécialiste de la famille des Fabaceae.
  • 15h30 : «Les mystères du labyrinthe» par Andrée LAFON. Passionnée par la littérature, le théâtre et la psychanalyse, elle a été amenée à écrire des livres
    qui font une grande place à la psychologie des profondeurs.
  • 16h30 : « Le projet de restauration de l’Intendance de Pierre Richer de Belleval et son labyrinthe» par le Professeur Thierry LAVABRE-BERTRAND, Directeur du Jardin des Plantes.

 

3. Un mélange entre art et nature

Anne Tassin, artiste céramiste, vous invite à visiter son exposition « Inspiration végétale »

4. Venez découvrir le monument Rabelais, récemment rénové !

Sculpté par Jacques Villeneuve, le monument, dédié à Rabelais et aux plaisirs de la vie, fut inauguré le 6 novembre 1921 par le Président de la République Alexandre Millerand. Le monument fût offert par les étudiants dans le cadre de la célébration des 700 ans de la Faculté de Médecine où Rabelais a étudié en 1530.

L’Université de Montpellier, la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes ainsi que la Fondation d’Entreprises du Jardin des plantes de Montpellier ont contribué à la restauration de ce monument.

5. C’est le printemps !

 

Qui n’aime pas flâner dans les allées du Jardin des Plantes au printemps ? C’est le moment rêvé pour apercevoir la flore luxuriante du jardin reprendre vie après l’hiver. Primavera est une excellente excuse, s’il en faut, pour découvrir ou redécouvrir le Jardin des Plantes de Montpellier.

 

Tous les cinq ans, une nouvelle équipe décanale, composée de vice-doyen.ne.s et de chargé.es de mission est nommée par le ou la Doyen.ne pour le ou la représenter dans le cadre de missions définies. Cette année, Pr Gérald Chanques a été nommé Vice-Doyen aux Affaires Générales, au Patrimoine et à la Vie de Campus. Retrouvez ici son interview : découvrez son parcours et les projets qu’il souhaite mettre en place dans le cadre de sa mission !

 

Vous avez été nommé par la Doyenne Mme Isabelle Laffont, pouvez-vous nous présenter votre parcours ainsi que votre spécialité ?

J’ai passé mon bac et mes études à Montpellier, on peut dire que je suis un petit quart parisien et ¾ montpelliérain. J’ai adoré mes études à tel point qu’il m’a été difficile de choisir une « spécialité ». Je me suis dirigé vers l’anesthésie-réanimation pour plusieurs raisons, tout d’abord pour la transversalité des connaissances médicales, mais aussi pour l’arsenal humain et matériel dont on dispose au sein de nos équipes pour soigner en toute sécurité, incluant la prise en charge de la douleur et des situations les plus critiques.

 

Comment comptez-vous concilier vos activités de vice-doyen et vos autres obligations professionnelles ?

Il s’agit d’un projet mûri au sein de mon département hospitalier avec mes collègues et mon chef de service qui m’a toujours soutenu et encouragé dans mon parcours professionnel. Mon investissement à la faculté a été progressif depuis ma nomination il y a 8 ans. Je conserve une activité clinique qui enrichit constamment mon enseignement et mes recherches. Réciproquement, ma compréhension des institutions universitaires structure toutes mes missions de PUPH. La Faculté et son histoire singulière, ou encore l’Université (je suis élu à la commission de la formation et de la vie universitaire et aux sections disciplinaires du conseil académique) me font réfléchir à toutes les facettes de mon exercice, du soin à l’enseignement et à l’innovation. Le changement sociétal qui s’opère dans la relation à l’autre (lutte contre les inégalités, contre les violences sexuelles et sexistes…) est un tournant majeur et attendu de nos institutions.

 

Quels seront vos contributions et vos objectifs ? Quels sont les projets que vous souhaitez mener à bien dans votre fonction ?

J’ai découvert progressivement l’importance de l’enseignement et de la transmission auprès des plus jeunes, et aussi l’importance d’avoir une faculté nourrie de plusieurs campus (Nîmes et Montpellier, modernité et patrimoine) et d’un esprit Universitaire avec un grand U qui a du sens à la fois pour nos patients, nos étudiants et la société. La Faculté a une histoire urbaine. Elle est à l’interface du grand public.

Les enjeux aujourd’hui pour notre faculté sont multiples en termes d’organisation de l’institution, de ses campus et de la valorisation de son patrimoine : que la communauté universitaire (étudiante, enseignante, administrative) s’approprie cette histoire passée et future en la laissant perspirer vers l’autre, nos collègues des autres composantes de l’Université, nos collègues soignants, et le grand public. Parmi le grand public, il y a des patients potentiels. L’image que l’on renvoie de la faculté à travers notre histoire et notre patrimoine doit être en adéquation avec les exigences d’aujourd’hui, l’innovation, l’excellence du soin, mais aussi la prise en compte de la précarité et de l’accès au soin. C’est le tout qui fait notre faculté et on ne peut dormir sereinement si l’on ne s’efforce pas dans tous ces enjeux. L’union de l’équipe de direction réunie autour de notre doyenne fera la force de l’institution impliquant tous ses enseignant(e)s et l’administration, celles et ceux des équipes précédentes et préparant les générations futures.

 

Qu’est-ce qui vous a motivé à accepter cette nomination ?

Mon envie d’aider un projet décanal orienté vers le collectif et la bienveillance, l’écoute, avec des objectifs ambitieux pour l’institution. J’ai été très reconnaissant de cette nomination car elle permet de poursuivre de manière cohérente le travail mené depuis plusieurs années avec le Doyen Mondain et le Vice-Doyen Lavabre-Bertrand sur des projets complexes (préparation des contrats plan état région pour des travaux de longue durée au bâtiment historique, études pour le learning-center, interface avec les affaires générales de la Faculté et de l’Université pour l’élaboration d’un grand nombre de projets impliquant institutions, collectivités et entreprises dans le cadre des 800 ans…).