Articles

Le Karab’s c’est quoi ? Il s’agit d’un livre de poche répertoriant les établissements et les bons plans de la ville pour les étudiants locaux et étrangers. Réalisé par des étudiants de l’ACM corpo  leur projet voit le jour le 27 avril 2022 après 3 ans de travail et d’acharnement.

3 bonnes raisons de vous procurer le Karab’s !

 

  • 1 - UN GUIDE PRATIQUE PAR SA TAILLE ET SON FORMAT

    Adopter le Karab’s c’est faire le choix de la praticité ! Aussi grand qu’un livre de poche, ce petit guide se glissera facilement dans votre sac pour être emporté partout dans les rues de Montpellier.

    Pratique par sa taille mais aussi par son format ! Le Karab’s se compose de 6 chapitres pour accompagner votre vie étudiante au quotidien : manger, travailler, s’aérer, sortir, se cultiver et boire (avec modération, ne l’oublions pas…!). Le guide est clair et facile à comprendre, il contient des photos des différents lieux (pratique pour les nouveaux arrivants à Montpellier !) avec des renseignements tels que les horaires, le prix, la localisation et bien plus encore…

  • 2 - UN INDISPENSABLE POUR DÉCOUVRIR DE NOUVEAUX LIEUX

    Que vous soyez étudiants locaux ou bien étranger, Le Karab’s est un moyen rapide et efficace de connaitre de bonnes adresses ou d’en découvrir de nouvelles, en centre-ville ou dans les alentours de Montpellier ! Des restaurants chics de Montpellier en passant par les bars à petit prix toutes les catégories de lieux y figurent.

  • 3 - SOUTENIR UNE INITIATIVE ÉTUDIANTE

    Après 3 ans de dur labeur, les étudiants de l’ACM Corpo ont enfin pu voir leur projet aboutir ! Se procurer ce guide, c’est aussi soutenir leur travail.

    Que vous soyez amateur.ice de bons plans ou tout simplement curieux.se, ce guide est fait pour vous ! Le plus ? Le Karab’s est 100% gratuit et disponible à la corpo Médecine à Montpellier alors foncez vous le procurer !

 

Le Karab’s à la une de la presse locale !

Et parce qu’une si belle initiative ne pouvait pas passer à côté de la presse locale, le Karab’s a déjà fait deux parutions ! Bientôt présent sur Radio Campus Montpellier et sur Fun Radio, ce petit guide a de grands jours devant lui !

Chaque année, les étudiants choisissent un élu pour les représenter au niveau de l’équipe décanale. Cette année, c’est Théo Lacoste, étudiant en 4e année de médecine sur le campus ADV qui a été choisi pour vous représenter. Apprenez-en un peu plus sur lui et les actions d’Ademmoos à travers cette interview ! Portrait.

Bonjour Théo, tout d’abord, qui es-tu ? Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Théo Lacoste, je suis étudiant en 4e année de Médecine sur le campus ADV. Je suis aussi élu étudiant en conseil pédagogique, président d’Ademmoos (élus étudiants toutes filières). Je me destine à la profession de médecin bien sûr, mais je n’ai pas forcément de spécialité précise en tête, si ce n’est me spécialiser quelque chose de transversal comme la médecine d’urgence. Mais je ne suis pas fermé, je pense qu’il faut passer par plusieurs terrains de stage pour s’assurer de son avenir !

Tu es président d’Ademmoos : peux-tu nous rappeler le rôle de cette association ?

Il faut rappeler que sur notre Faculté, il y a plusieurs sites, plusieurs filières. Le pouvoir de représentation des étudiants dans les différents conseils est donc assuré par des élus étudiants. Ce travail est très conséquent. Nous avons donc décidé en 2016 de créer cette association pour libérer les étudiants élus du travail de fond (notamment tout ce qui est communication, infographies, etc.) mais également pour élaborer des projets avec d’autres associations étudiantes. L’objectif est vraiment de rassembler, de fédérer, de coordonner les associations et à travers elles, les étudiants.

Les membres de l’association sont constitués des étudiants élus aux différents conseils représentatifs, mais nous avons également des membres non-élus. Ils amènent souvent des réflexions très intéressantes avec un angle de vue différent lors de nos réunions mensuelles.

Peux-tu nous donner des exemples de projets coordonnés par Ademmoos et d’autres associations ?

Oui, par exemple la MAP (Montpellier Artistic Project) qui est une association centrée sur les Arts. Nous avons avec eux organisé un atelier d’Art-Thérapie, en présence d’un professionnel du métier, pour les étudiants, dans l’objectif de lutter contre le stress des études. Mais les projets que nous menons / coordonnons peuvent également se faire en dehors de nos associations. Je pense particulièrement au défi “Dry January(cf post instagram ci-dessous) que nous avons mené en collaboration avec l’ICM dernièrement, ou encore au “Mois Sans Tabac”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ADEMMOOS (@ademmoos)

Plus que le président d’Ademmoos, tu es aujourd’hui Vice-Doyen étudiant. Peux-tu nous préciser ton rôle à cette fonction ?

J’ai 3 missions principales : Tout d’abord, une mission académique, très institutionnelle. Je suis en rapport étroit avec l’équipe décanale, notamment la Doyenne Isabelle Laffont, mais également les équipes pédagogiques et administratives pour porter la voix des étudiants. Cela consiste à participer régulièrement à des réunions, mais aussi être à l’écoute de ce qu’il se passe aussi bien au niveau des étudiants qu’au niveau de l’environnement facultaire. Je suis un peu une “navette” pour remonter ou descendre des informations. Ces informations, je les transmets aux élus étudiants qui les diffusent aux différentes filières, aux différents sites ou aux différentes promotions.

La deuxième mission se centre sur l’association Ademmoos. Je dois donner une “ligne de conduite” au niveau de la politique de notre mandat. J’y reviendrai, mais l’idée est de répartir les sujets d’importance, parmi les 40 étudiants de l’association : certains s’occupent des réformes, d’autres du bien-être ou de la coordination avec les autres associations.

Ma troisième mission est vraiment d’être en lien direct avec les étudiants. Je peux être interpellé à cet effet par les délégués de promotions, mais ce n’est pas suffisant, les infos peuvent se perdre. Alors, je mets un point d’honneur à organiser le plus possible des réunions en présentiel, avec les différentes promotions pour discuter, “prendre la température” et recueillir directement auprès des étudiants leurs besoins et leurs ressentis. Ces infos me sont alors utiles dans le cadre de ma première mission académique afin de porter avec le plus d’exactitude possible la volonté des étudiantes et étudiants.

Quelles sont les priorités de ton mandat ?

Il y a plusieurs champs prioritaires. Tout d’abord un volet un peu plus académique et administratif, qui consiste principalement à poursuivre le travail de mes prédécesseurs : Salomé Duteurtre et Florian Mary. Ils ont tous les deux travaillé sur ce que j’appelle “l’Alliance Pédagogique”. C’est-à-dire, la co-construction de notre parcours de vie étudiant, avec l’ensemble des interlocuteurs : enseignants, étudiants et corps administratif de la Faculté.

Cela paraît simple vu de l’extérieur mais c’est en fait assez complexe, car il faut concilier l’avis de tout le monde ; réussir finalement, à trouver des accords à partir de nos désaccords ! Pour autant, cela se fait avec la bonne volonté de tout le monde, en bonne intelligence. Nous devons travailler ensemble, et regarder les problématiques à résoudre à travers les prismes de chacun, pour que les solutions prises soient bénéfiques pour tous.tes. Ce devoir de vivre ensemble, il est véritablement primordial, et on le répète régulièrement à toute l’équipe, notamment plus récemment aux nouveaux élus étudiants du conseil de gestion et du conseil pédagogique.

Ensuite, il y a toutes les réflexions autour du bien-être étudiant. C’est quelque chose qui est assez nouveau, dont on ne parlait pas trop il y a quelques années et qui a été révélé au grand jour par la crise sanitaire. Aujourd’hui plus que jamais, ce sujet est devenu notre principale priorité.

Mais on ne peut pas agir sans connaître l’ampleur de la problématique ! Nous nous sommes donc donné comme premier objectif de recueillir l’avis ou l’expérience des étudiant.e.s à travers des enquêtes. Nous avons ainsi pu recueillir plus de 1000 réponses à notre premier questionnaire sur la santé mentale, diffusé au cours de l’hiver, – je profite d’ailleurs de cette interview pour remercier les répondants ! – . Les résultats de cette enquête sont en cours de traitement. Par ailleurs, nous avons il y a quelques semaines commencé à diffuser une nouvelle enquête, concernant les violences sexistes et sexuelles que peuvent subir les étudiants à la faculté, en soirée ou sur leur lieu de travail/stage afin de délimiter les contours du problème et ainsi entrevoir des actions correctives pour limiter les incidents voire sanctionner le cas échéant.

En pratique, mettez-vous des actions en place pour favoriser le bien-être des étudiants ?

Oui, d’un point de vue pratico-pratique, nous avons créé cette année un pôle bien-être avec deux chargés de missions qui sont étudiants en médecine (Ulysse Godin et Maribelle Dossou-Yovo). Ils ont pour mission d’organiser des événements de sensibilisation. Par exemple, il y a eu la conférence sur les addictions avec le Pr Hélène Donnadieu-Rigole, le Mois Sans Tabac, le Dry January… En mars, nous aurons une conférence sur les risques psycho-sociaux et le “workaholism”. Ces événements sont assez appréciés des étudiants.

Il y a également d’autres projets pratiques en dehors de la thématique “bien-être” comme le Forum du Futur Interne, qui est piloté par l’ex-Vice-Doyen Florian Mary, qui a pour objectif de mettre en relation les étudiants de 5e et 6e année avec des internes afin de partager leur expérience.

Qu’est-ce-qui t’a motivé à prendre ce rôle d’élu et de Vice-Doyen ?

La motivation m’est venue à mesure de mes engagements précédents, à la fois au niveau d’Ademmoos mais aussi au niveau de l’ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France), car l’an passé, j’étais très impliqué dans les sujets autour de la R2C (réforme du deuxième cycle des études médicales) sur le plan national. Ceci m’a donné envie de m’engager encore plus fortement au niveau local, sur les problématiques qu’on rencontre au quotidien.

Bien sûr, les discussions avec mes prédécesseurs m’ont également fortement influencé. Tout s’est fait ensuite très naturellement, l’envie d’aider les promotions me guidant dans mes choix. J’avais envie de voir mes études sous un autre angle.

Après, oui c’est très chronophage. C’est parfois un peu dur de tout concilier ! Il est donc important de bien s’entourer de savoir déléguer. A cet égard, je souhaite remercier particulièrement Florent Benoist, qui est VP Général d’Ademmoos et représentant au Conseil Pédagogique et qui m’aide vraiment beaucoup et me permet de bien m’organiser.

Comment est-on élu Vice-Doyen ?

Le Vice-Doyen est proposé par les élus étudiants au Conseil de Gestion. Il fait bien souvent partie de la liste des étudiants élus. Le Conseil vote ensuite en faveur ou en défaveur de l’étudiant proposé. Cette proposition fait l’objet de discussions préalables en interne au sein d’Ademmoos. Une fois élu, le Vice-Doyen est en place pour 2 ans, mais bien souvent, nous démissionnons au bout d’un an pour pouvoir bien se consacrer à nos études.

Merci beaucoup pour cet échange : as-tu un mot de la fin ?

Oui, à propos de l’une des priorités de mon mandat, sur le bien-être. Je voudrais faire passer le message suivant : on a le droit de ne pas aller bien. Les étudiants en santé sont issus d’un système très sélectif, où il faut être toujours le meilleur. Culturellement, c’est donc compliqué pour nous de dire quand ça ne va pas, on a tendance à taire nos faiblesses. Pour autant, il n’est pas anormal de se sentir mal ! Il y a des dispositifs d’aide que l’on peut retrouver sur le site web de la Faculté. Il faut briser le silence sur ce tabou et s’emparer des dispositifs mis au point conjointement par les étudiants et la faculté pour se sentir mieux. Seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin !

Après l’Othofaso il y a quelques jours, place à l’ASMM, l’association des étudiants sportive de Médecine Montpellier ! Nous rencontrons aujourd’hui Amandine, vice-présidente chargée de la communication qui nous en dit plus !

 

Pouvez-vous nous présenter votre association en quelques mots ? Quel est l’objectif ?

L’Association Sportive Médecine Montpellier est une association créée il y a une dizaine d’années dans le but de promouvoir l’activité sportive chez les étudiants en Médecine dans une ambiance conviviale. Si cet objectif n’a pas changé au cours des années, l’ASMM a su évoluer, notamment en intégrant les étudiants en PACES (futur PASS-LAS) et de Sage-Femme.Notre association permet aux étudiants en santé de renouer avec le sport, souvent délaissé durant leurs études, de façon conviviale et détendue. Ces moments sont d’autant plus important pour les étudiants de PACES/PASS/LAS qui subissent une pression considérable vis-à-vis de leur concours. Toute l’équipe est donc à leur écoute pour leur apporter un soutien moral et un exutoire convivial. Le projet de cette année est d’ouvrir l’adhésion aux autres filières de santé, notamment aux étudiants en kinésithérapie et en dentaire.

 

Quelles sont les activités que vous menez tout au long de l’année ? Pouvez-vous nous les présenter ?

Tout au long de l’année, nous organisons deux séances par semaine, l’une consacrée uniquement aux étudiants de PACES/PASS/LAS et la seconde consacrée aux étudiants de médecine et de maïeutique. Le contenu de nos séances est variable aux grès des adhérents. Les séances sont souvent composées d’exercices travaillant l’endurance ou le renforcement musculaire, ainsi qu’une partie plus ludique avec des sports collectifs comme l’ULTIMATE.

Nous organisons également des activités extra-séances : canoë, Beach-volley, trampoline, pétanque, laser game, foot en salle…

 

Pourquoi et comment adhérer à votre association ?

Adhérer à notre association permet aux étudiants d’avoir accès à nos séances et à nos évènements sportifs toute l’année. L’adhésion est au prix de 5€ pour les PACES, LAS, PASS, deuxième et troisième années de médecine et de maïeutique. L’inscription est gratuite pour les années supérieures. L’inscription est possible tout au long de l’année, soit sur internet via l’application Pumpkin soit en direct en début de séance ou avant les événements : pour ça, rien de plus facile, il suffit de télécharger l’application et de créer un compte avec le code ASMM.

 

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’élection du bureau 2020-21 ?

Un nouveau bureau est élu en interne chaque année. Il est composé majoritairement d’élèves en troisième année de médecine, ainsi qu’un élève de Sage-Femme. Le bureau actuel est composé de :

  • Tristan Georger : président
  • Juliette Cuminal : secrétaire
  • Cécile Burgalieres : trésorière
  • Romane Barbier et Nicolas Rouvière : vice-présidents chargés des partenariats
  • Pietro Rosso : Vice-président chargé des séances
  • Aurélien Clamens : vice –président chargé de la communication Sage-Femme
  • Amandine Sautel et Matthieu Branchereau : vice-présidents chargés de la communication médecine

 

Point COVID-19

La crise sanitaire actuelle nous a amené à repenser nos séances, notamment en ne pratiquant plus de sports collectifs. Et en séparant les participants par groupe de 10, puis 6 afin de limiter la propagation du virus et protéger nos adhérents. Les gestes barrières (port du masque, gel hydro alcoolique) sont également strictement respectés durant nos séances et nos évènements. On favorise aussi les activités en plein air, à l’instar de nos sessions de course à pied. Nous travaillons également avec des établissements sportifs partenaires pour proposer des activités en groupes réduits à nos adhérents, qui peuvent en profiter quand ils le veulent (bowling, escalade, escape game, laser game …). Nous avons également mis en place des sessions yoga en live instagram, ce qui permet d’allier bien-être étudiant et limitation des activités en groupe.

Comment vous contacter sur les réseaux sociaux ?

Instagram : tim_asmm

Facebook : tim asmm

Site internet : Association ASMM

Nous avons rencontré plus tôt l’AMEO. Aujourd’hui, Cap sur Nîmes et des contrées plus lointaine avec l’asso des Crocos du Monde !

En quelques mots, c’est quoi l’asso des Crocos du Monde ?

Créée en 2007, “Crocos du monde” est l’association humanitaire étudiante de la Faculté de Médecine, site de Nîmes. Son but est de permettre aux étudiants en médecine et maïeutique de s’investir dans l’humanitaire, chacun à son échelle et d’être sensibilisé aux disparités mondiales. L’objectif principal est l’organisation d’un projet de solidarité internationale réalisé chaque année. Ainsi depuis la création de l’association les Crocos ont déjà été au Maroc, au Burkina faso ou encore au Togo l’été dernier !

Quelles sont les activités que vous menez tout au long de l’année ? Pouvez-vous nous les présenter ?

Au cours de l’année nous avons deux activités majeures, des événements pour financer le projet de solidarité internationale et depuis cette année le projet local sur Nîmes qui nous a permis de mettre en place des actions sociales à l’échelle de notre ville.

Afin de financer notre voyage, des actions sont menées au sein de notre Université depuis le début de l’année. Des goûters ont déjà été organisés. Pendant la période des fêtes, des stands de papiers cadeau ainsi qu’une vente de chocolats ont permis de collecter de l’argent.

En parallèle le projet Nîmes s’articule autour de plusieurs actions, la plupart en partenariat avec la Croix-Rouge Française du Gard notamment pour des maraudes et des visites en EHPAD.

Pourquoi avez-vous intégré l’association à titre personnel ? Qu’apporte votre association aux étudiants ?

Je me suis toujours intéressée aux actions humanitaires, cette association m’a offert la possibilité de m’investir par l’intermédiaire de multiples actions locales, qui associent notre niveau d’étude et le peu de temps que l’on peut consacrer à des activités de solidarité.

J’ai pu ainsi prendre conscience des différents besoins qui m’entourent et agir dessus, que ce soit directement sur Nîmes ou avec la récolte de fond, et la préparation du voyage de solidarité internationale qui a lieu chaque année.

Pourquoi et comment adhérer aux Crocos du monde ?

Notre association permet de s’engager dans des actions sociales, solidaires et écologiques. Cela vous permet de vous investir et d’être en accord avec vos valeurs. De plus, cela est en lien avec vos études en développant le lien social et le contact avec des personnes défavorisées.

L’adhésion est possible en septembre, après l’assemblée générale de rentrée puis tout au long de l’année. Il suffit de remplir une fiche d’adhésion et de payer une cotisation de 10 euros en chèque ou en espèces puis vous serez officiellement membres des Crocos du Monde. L’association est ouverte à tout étudiant de la faculté de Nîmes (PACES/ PASS, médecine, maïeutique)

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

L’élection de notre bureau se déroule en deux parties :

  • Premièrement, a lieu l’élection d’un bureau restreint (BR). Suite à une période de campagne en dématérialisée, le vote s’est tenu début juin. En raison de la situation sanitaire actuelle, nous réaliserons la passation en présentiel à la rentrée.
  • Puis, fin septembre les membres de l’association de deuxième année (médecine ou maïeutique) pourront se présenter au bureau. Après une courte campagne, le BR choisit son bureau en fonction du nombre de candidats par poste.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous rejoindre sur nos réseaux:

 

Nous avons rencontré plus tôt dans la semaine l’Association Tutorat Santé Montpellier. Nous restons à Montpellier aujourd’hui pour notre rencontre avec Kévin Vidal, le président de l’AMEO !

En quelques mots, qu’est-ce que l’AMEO?

L’AMEO est l’Association des Étudiants Orthoptistes de Montpellier. Elle a été créée en 2009 et a pour vocation d’animer la vie des étudiants orthoptistes à travers des événements variés. Avec AMEO, nous représentons également les étudiants au sein des fédérations auxquelles nous adhérons : l’AGEM (Association Générale des Étudiants Montpelliérains) et la FFEO (Fédération Française des Etudiants en Orthoptie) afin de défendre leur droits étudiants et la qualité de leur formation au sein des différentes instances

Quelles activités ou actions mettez-vous en place tout au long de l’année ?

Au cours de l’année nous mettons en place différents types d’événements :

  • Des événements de cohésion comme des soirées ou des activités de groupes , mais également des week-ends de cohésion pour les nouvelles promos ainsi qu’un gala de fin d’année et un soirée de désintégration pour les néo-diplômés
  • Des événements de “prévention solidarité et citoyenneté” en réalisant des collectes de fonds en faveur d’octobre rose du Téléthon ou bien du Sidaction.
  • De part notre position en tant qu’étudiants orthoptistes nous sommes en contact avec l’association Valentin Haüy quand est une association qui lutte pour défendre les droits des déficients visuels, assure leur formation et l’accès à l’emploi, aide à restaurer et développer leur autonomies et qui propose également des activités culturelles, sportives et de loisirs accessibles aux déficients visuels.

L’AMEO soutient également les étudiants durant toute la durée de leurs études et aide à leur insertion professionnelle en partageant des offres d’emplois aux futurs diplômés afin qu’ils puissent intégrer le monde du travail. Avec ces partenaires, l’AMEO permet également aux étudiants de s’équiper en matériel orthoptique à prix réduit en proposant des réductions ou des commandes groupés pour de la documentation.

Pourquoi avoir choisi la filière Orthoptie à titre personnel et qu’est-ce que l’association apporte aux étudiants de cette filière ?

A titre personnel, j’ai choisi cette filière car le métier d’orthoptiste offre de nombreuses possibilités. Les patients sont de tout âge, et les pathologies et méthodes de rééducation sont très diversifiées. Par exemple, l’orthoptiste peut travailler auprès d’enfants prématurés ou ayant des problèmes d’exploration visuelle ou bien des pathologies atypiques comme les bébés secoués. Nous pouvons aussi travailler avec des personnes âgées atteintes de DMLA ou autres pathologies oculaires entraînant un déficit fonctionnel majeur et un besoin de rééducation basse vision pour certains cas tout en passant par des personnes ayant simplement besoin de lunettes ou de rééducation orthoptique.

Une autre facette qui me plait énormément dans ce métier est la codisciplinarité qu’il offre. Nous pouvons être amenées à travailler avec des ergothérapeutes pour l’aménagement de l’environement des malvoyants, avec les orthophonistes dans le cadre des stratégies d’exploration visuelle pour les enfants ayant des troubles de l’attention ou encore avec les kinésithérapeutes en posturologie. C’est donc un métier dans lequel chaque prise en charge est différente, qui offre le choix de travailler en structure ou bien en cabinet libéral, et qui donne la possibilité de se former tout au long de notre carrière à une multitude de discipline.

Comment adhère-t-on à l’AMEO ?

Pour adhérer à l’AMEO, il faut être étudiant orthoptiste à Montpellier. Les frais d’adhésion s’élèvent à 3€ par an. Pour adhérer, il suffit d’en faire la demande au local associatif situé sur le campus ADV !

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

L’élection du bureau 2020-2021 se déroule à la fin du mois de juin lors de l’assemblée générale de passation. Chaque liste candidatant pour former le nouveau bureau présentera sa motivation ainsi que ses projets. Chaque année, le bureau se compose d’au moins un.e président.e.s, un.e secrétaire, un.e trésorier.e, un.e vice-président.e en charge de la communication, un.e vice-président.e en charge du réseau, un.e vice-président.e en charge des partenariats, des vice-président.e.s en charge de l’événementiel, d’un vice-président.e.s en charge de la prévention, citoyenneté et solidarité.

Vous pouvez d’ores et déjà nous retrouver sur nos réseaux sociaux :
Twitter : AMEOrthoptistes
Facebook :  https://www.facebook.com/AMEOMtp/
Instagram : @ameo_orthoptie

Après avoir rencontré le Tutorat Santé Nîmois, cette semaine c’est avec l’Association Tutorat Santé de Montpellier et sa nouvelle présidente Milla Esclafit-Cardoso que nous nous retrouvons ! 

En quelques mots, qu’est-ce que l’AssociationTutorat Santé Montpellier?

Le Tutorat est composé d’étudiants de 2ème et 3ème années d’études de santé ayant réussi le concours PACES, qui ont été sélectionnés et formés pendant un an par les professeurs en charge du programme de l’année. Notre but est de permettre gratuitement un accompagnement pédagogique et moral de qualité à tout étudiant de l’Université de Montpellier et de ses antennes souhaitant intégrer les études de santé. Pour répondre à cette demande, trois associations sont à votre disposition : l’Association du Tutorat Santé de Montpellier, l’Association des Tuteurs en Pharmacie, et le Tutorat Santé Nîmois. 

Ces trois associations mettent en commun leurs ressources pour soutenir de façon équitable tous les étudiants et partagent un même objectif d’égalité des chances face à la sélection dans l’entrée des études de santé. 

Quelles activités ou actions mettez-vous en place tout au long de l’année ? 

Pour commencer l’année du bon pied, nous proposons un Stage de Pré-Rentrée ouvert cette année à tous les étudiants en PACES et en PASS : il a pour but de balayer tout le programme du premier semestre, d’aider les étudiants à acquérir une méthodologie de travail efficace, et de leur présenter la faculté afin qu’ils puissent y trouver leurs marques. 

Chaque semaine, nous reprenons dans toutes les matières les points clés d’un cours sous forme de séances de QCMs relues par les professeurs : ces séances sont dédoublées sur plusieurs créneaux afin que l’étudiant puisse aménager son emploi du temps selon ses disponibilités. Pour répondre aux questions, des permanences ont lieu tous les midis à la fac, et un forum est également à la disposition des étudiants. 

Afin de permettre une évaluation régulière et représentative, nous organisons chaque semaine des colles classées rassemblant environ 900 étudiants sur les trois sites, ainsi que des concours blancs comptant cette année plus de 1600 étudiants au premier semestre. 

Pour nous adapter à la situation de confinement et aux mesures sanitaires, nous avons réalisé nos séances et nos colles en dématérialisées en live Zoom, que nous avons enregistrées pour que les PACES avec une connexion internet instable puissent les visionner. Nous avons également développé notre chaîne YouTube afin de diversifier notre contenu à distance, en mettant l’accent sur des points de cours qui nous semblaient difficilement compris.

Au-delà de l’accompagnement pédagogique, nous soutenons les étudiants à travers une année exigeante en promouvant des activités centrée sur le Bien-Être : midis Jeux de Société, tutoriels de relaxation… Notre plus grand événement autour du bien-être est la Semaine Pep’s qui a lieu début janvier, dans une période particulièrement difficile pour les PACES. Afin que les premières années puissent avoir un contact avec un étudiants d’une année supérieure, nous mettons en place dès le début de l’année un système de parrainage entre étudiants. 

Pour favoriser davantage l’égalité des chances, le Tutorat travaille avec l’Handiversité en proposant un service handicap pour les étudiants ayant besoin d’un aménagement adapté en séances ou en épreuves. 

Enfin, dans un contexte de réforme, nous sommes à la fois les interlocuteurs privilégiés au sein de la fac en organisant des forums de l’orientation, mais également à l’échelle locale dans les divers salons étudiants, et au national en participant aux congrès rassemblant les tutorats de France.

Qu’est ce qui vous a poussé à rejoindre l’association ? 

Le tutorat m’a permis de réussir mon concours PACES en m’accompagnant pendant deux ans : ce soutien m’était extrêmement précieux car je n’avais pas les moyens de me payer les services d’un organisme privé. La disponibilité des tuteurs, la qualité des séances, et surtout le soutien sur tous les aspects de la vie de PACES (révision, hygiène de vie, moral…) m’a vraiment fait tenir à travers cette période éprouvante. C’était une évidence pour moi de postuler au tutorat après mon admission en deuxième année de médecine, j’ai donc rejoint avec grand plaisir l’équipe d’UE7 (Santé, Humanités, Société). Mon année en tant que tutrice stagiaire a été tellement épanouissante que j’ai souhaité continuer l’aventure en me présentant au Bureau du tutorat pour l’aider à faire peau neuve durant l’année de la réforme : nous avons donc changé notre nom d’Association du Tutorat Médecine de Montpellier (ATM²), en Association du Tutorat Santé de Montpellier (ATSM) afin de mieux correspondre à cette volonté de diversifier les profils à l’entrée dans toutes les filières de santé ! 

Qu’apporte l’association aux étudiants ?

Au-delà du simple accompagnement pédagogique, notre objectif est un véritable soutien auprès de tous les jeunes adultes qui découvrent à la fois les études à la fac, une vie loin de leur foyer, et à qui nous demandons une charge de travail très conséquente. Notre valeur première est l’égalité des chances afin que la sélection de cette première année se fasse sur les capacités de travail et non sur la situation financière. Cela rejoint plus globalement notre devoir de confraternité qui nous est cher dans les professions de santé, et notre formation qui se base en grande partie par une formation par les pairs. Nous sommes en effet avant tout des étudiants qui sommes passés nous-mêmes par cette épreuve et qui essayons d’aider les PACES comme nous avions besoin à leur place !

Pourquoi selon vous adhérer à votre association ? 

En première année, il est possible de s’inscrire gratuitement tout au long de l’année au tutorat : il n’y a aucune obligation de présence, mais assister à 80% des séances du tutorat est selon les enquêtes de la faculté la meilleure méthode de réussir son concours ! 

Si vous voulez intégrer l’ATSM en tant que tuteur, vous aurez la possibilité d’être sélectionné sur dossier et entretien après vos résultats du second semestre. Vous aurez alors le statut de Tuteur Stagiaire pendant votre deuxième année, et pourrez continuer en temps que Tuteur Qualifié lors de votre passage en troisième année. 

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

L’Assemblée Générale de passation de notre nouveau bureau a eu lieu le 9 juin : nous sommes tous très enthousiastes à l’idée de renouveler notre offre pour s’occuper à la fois des étudiants doublants PACES, PASS et LAS. Nous savons que cette année peut être intimidante pour les néo-bacheliers et nous sommes prêts à les accompagner à travers ce changement. 

Nous sommes en transition pour le changement de nom, donc dans l’immédiat c’est notre ancien nom qui apparaît sur les réseaux :

Facebook : Tutorat Médecine Montpellier 

Instagram : 

Contacts mail : 

  • Questions générales sur l’association, la PACES et la PASS : asso.atsm@gmail.com
  • Questions sur les LAS : vicepresident.las.atsm@gmail.com
  • Questions sur l’aménagement possible dans le cadre du Tutorat Handicap : vptutohandicap@gmail.com

Réseaux des autres associations : 

Tutorat Santé Nîmois : 

Association des Tuteurs en Pharmacie : 

Nous vous avons également préparé, en collaboration avec les trois Tutorats une vidéo de présentation !

Nous avons rencontré plus tôt dans la semaine la CNESF, l’association de la filière Maïeutique nîmoise. Nous restons à Nîmes aujourd’hui pour notre rencontre avec Matthias Daudé, le nouveau président de TSN !

En quelques mots, qu’est-ce que le Tutorat Santé Nîmois ?

Le TSN (Tutorat Santé Nîmes) est une association formée d’étudiants en 2ème et 3ème année de Médecine et de Maïeutique sur le site de Nîmes. Nous avons tous passé avec succès le concours d’entrée dans les études de Santé et c’est forts de cette expérience que nous proposons un soutien pour les étudiants qui s’engagent dans une première année à accès santé (PASS/LAS). 

Quelles activités ou actions mettez-vous en place tout au long de l’année ? 

Au cours de l’année, les étudiants se voient proposer des séances d’entraînements hebdomadaires sous forme de QCM pendant lesquelles les tuteurs corrigent en détails les QCMs, donnent leurs moyen mnémotechniques, conseils de travail et soutien dans l’appréhension des examens. Toutes les séances sont relues par les professeurs référents afin d’être toujours au plus près des attentes des examens finaux.

 De plus, nous organisons un stage de Pré-Rentrée lors des deux dernières semaines d’Août. Durant ces deux semaines, nous abordons le programme du premier semestre tout en donnant le maximum de conseils possible sur la méthodologie à suivre dans cette année de travail difficile. 

 Nous proposons également des colles et concours blancs afin de préparer au mieux les étudiants par un entraînement en condition, et avec des questions qui ont été relues pas les professeurs.

Qu’est ce qui vous a poussé à rejoindre l’association ? 

Lorsque je suis entré dans les études de santé, je ne connaissais pas le tutorat. Au sein de la faculté, j’ai assez vite entendu parler de l’association et du soutien qu’elle propose. Je suis alors allé en séance et j’ai tout de suite vu tous les bienfaits que pouvait m’apporter cette organisation. 

Après avoir réussi le concours PACES et avoir intégré des études de santé, j’ai voulu rejoindre le tutorat pour transmettre mon expérience personnelle de la première année. Je voulais pouvoir aider un maximum d’étudiants à progresser afin de réaliser leur rêve. Il était naturel pour moi de tout mettre en place pour rendre tout ce que j’ai reçu lors de ma première année car sans le tutorat je n’aurais jamais réussi ce concours.

Qu’apporte l’association aux étudiants ?

Le TSN apporte aux étudiants en PACES un réel appui pédagogique via des séances d’entraînements, des séances de questions-réponses, mais également un soutien moral avec la mise en place d’activité pour les étudiants. Nous avons également dans nos services un système de parrainage où des étudiants en 2ème et 3ème année prennent sous leurs ailes des étudiants en 1ère année afin de les guider au mieux vers la réussite.

Pourquoi selon vous adhérer à votre association ? 

Notre association offre de nombreux services tant pédagogiques que d’accompagnement personnel afin de permettre à chacun de progresser dans l’objectif de réussir les examens d’admission en deuxième année des études de santé.

Comment adhère-t-on ? 

Le tutorat est une association totalement gratuite ! Pour adhérer au tutorat, il vous suffit de suivre les modalités d’inscription qui seront détaillées sur nos réseaux personnels et sur la page inscriptions de la faculté.

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

Pour l’association du TSN, l’élection du bureau se fait en 2 phases. 

Tout commence par la formation du Bureau Restreint (BR). Une fois les candidats au  BR formés, s’engage une période de campagne durant laquelle les différentes équipes présentent leur projet pour l’année. Cette année, avec la crise sanitaire, toutes les élections et campagnes se sont déroulées en dématérialisé. Une fois les campagnes terminées, l’ensemble des tuteurs de 2ème et 3ème année élisent un BR qui va par la suite mettre en place les élections des autres postes du Bureau. 

Une fois que tous les postes ont été présentés par le BR, chaque tuteur souhaitant s’engager dans le bureau prépare une candidature pour le poste. Les candidatures se déroulent sur une semaine. Après ce temps de campagne, le BR organise le vote pour les postes avec plusieurs candidatures. 

Vous pouvez nous retrouver dès maintenant sur nos réseaux sociaux !

Pour finir, nous vous laissons avec une vidéo préparée avec les trois Tutorats santé de Montpellier : L’Association du Tutorat Santé de Montpellier (ATSM), l’Association des Tuteurs en Pharmacie (ATP), et nous-même, le Tutorat Santé Nîmois (TSN) !

Après notre rencontre avec Dis-Lalie, l’association montpelliéraine de la filière Orthophonie, nous retrouvons cette semaine la CNESF, l’association de la filière Maïeutique de Nîmes !

En quelques mots, qu’est-ce que la CNESF ?

La Corporation Nîmoise des Étudiant.e.s Sages-Femme est une association de la loi 1901 qui a pour but de représenter les Étudiant.e.s Sages-Femmes de Nîmes et de porter leur voix au sein de fédérations comme l’ANESF (Association Nationale Des Étudiant.e.s Sages-Femmes, notre fédération de filière) et l’AGEM (Association Générale des Étudiants Montpelliérains, notre fédération territoriale). Elle a également pour but d’écouter les étudiant.e.s sages-femmes de Nîmes, de les conseiller au possible, et de défendre leurs droits et intérêts. Notre association permet de dynamiser la vie estudiantine de ces adhérent.e.s à travers l’organisation d’événements de solidarité et de prévention, mais également d’événements festifs, sportifs et culturels. Enfin, elle vise à améliorer nos compétences de futur.e.s professionnel.le.s de la santé via l’accès à des formations complémentaires.

Quelles activités ou actions mettez-vous en place tout au long de l’année ?

Nous essayons d’élargir nos actions au maximum grâce aux différents pôles de l’association:

Le pôle santé publique a organisé par exemple des cinés/cafés débats, afin de discuter autour de thèmes comme les mutilations sexuelles féminines ou l’adoption sous X, notamment après la diffusion de films en partenariat avec le Sémaphore de Nîmes.

À l’occasion de la campagne annuelle de communication pour la sensibilisation au dépistage au cancer du sein, nous avons créé un calendrier pour Octobre Rose . Il partage des messages de préventions et d’informations, et l’argent récolté a fait l’objet d’un don pour la Ligue Contre le Cancer. Nous étions aussi présent.e.s à l’occasion du Téléthon au côté des étudiant.e.s en médecine.

Grâce au développement de la communication sur les réseaux, nous avons créer des affiches à l’occasion de journées mondiales, comme par exemple celle en collaboration avec l’ANESF pour la journée mondiale de la contraception, et des quizz d’informations sur différents thèmes sont également disponibles. Nous avons pu mettre en place un tutorat d’années supérieures entre les différentes promotions, qui sera encore à développer l’an prochain. 

Des évènements festifs et de cohésion ont été organisés, notamment le gala de fin d’année, qui n’a pas pu avoir lieu malheureusement. Comme l’an passé, nous avons continué de développer notre réseau de baby-sitting. Au niveau de l’AGEM et de l’ANESF, nous sommes présent.e.s en déplacement ou à distance à chaque conseil d’administration et assemblée générale afin de représenter les étudiant.e.s sages-femmes de Nîmes dans les prises de positions.

Des goûters sont organisés tous les mois afin de reverser les recettes à des associations caritatives, auprès desquels nous effectuons également des dons de vêtements et de matériels pour enfant.

Enfin, nous avons participé à la semaine PEPS organisée par le Tutorat Santé Nîmes cette année, au salon de l’étudiant, ainsi qu’à la journée portes ouvertes de la Faculté pour essayer de répondre au mieux aux questions des futur.e.s étudiant.e.s.

Pourquoi avoir choisi la filière Maïeutique à titre personnel et qu’est-ce que l’association apporte aux étudiants de cette filière ?


D’après moi, c’est une filière que l’on choisit par passion. Les études sont longues et 
demandent un investissement important, notamment dans les nombreux stages. Mais l’accompagnement des couples, des mamans, des femmes ou encore des bébés fait la diversité de notre métier, et c’est ça qui m’a attiré. Nous avons en effet un large champs de compétences, que ce soit en secteur libéral, privé ou public, nous pouvons accompagner la femme tout au long de sa grossesse, de son accouchement et de son post-partum (s’il n’y a pas de pathologies). Nous pouvons également assurer ses consultations de gynécologie préventive et de contraception. Nous vivons des situations parfois difficiles, mais d’intenses moments de vies et d’émotions, sont là pour nous rappeler les raisons pour lesquels nous avons commencé.

L’association, quant à elle permet de se retrouver, que ce soit au local ou lors d’événements, de se former, au travers les formations proposés par l’ANESF ou l’AGEM. Les adhérents peuvent aussi se tenir au courant des actualités nationales que nous relayons régulièrement. Pour ceux qui veulent s’investir dans la vie étudiante, c’est un bon moyen de s’épanouir dans la réalisation de ses projets, tout en collaborant avec d’autres étudiant.e.s.

Pourquoi selon vous adhérer à votre association ? 

Adhérer à notre association c’est avant-tout un geste de soutien. Nous représentons les étudiant.e.s sages-femmes dans la vie estudiantine de la faculté. Adhérer permet de se tenir au courant des différents évènements et d’être mis en lien avec les autres associations de la faculté ou de l’extérieur. En effet, cela entraîne une adhésion à la fois à l’AGEM et à l’ANESF, ce qui permet d’être mis au courant des débats au seins de ces associations, et potentiellement d’avoir un impact en donnant son avis sur les problématiques. C’est donc la possibilité de se sentir concerné par l’avenir de la profession et de la vie étudiante de la région, mais aussi de faire remonter des problèmes de manière plus générale.

Avoir l’adhésion, c’est aussi l’unique manière de voter aux assemblées générales, pour les futures équipes qui vous représenterons sur les prochains mandats. Et pour le côté plus amusant, l’adhésion donne accès à un maximum de partenariats que nous dégote notre fabuleuse VP Part. Du laser game, aux produits de chez luneale, fempo et encore beaucoup d’autres, qui permettent d’avoir de chouettes réductions. Pour finir, nous avons des partenariats avec des assurances professionnelles qui offrent une protection supplémentaire aux étudiant.e.s en stage.

Comment adhère-t-on ? 

Pour l’adhésion c’est très facile, vous vous rendez dans les locaux de notre association sur le site de la faculté, entre 12 et 14h (tous les jours), et vous réglez 7 euros, soit en chèque, espèce, ou même lydia. On délivre une jolie petite carte avec les coordonnées de nos réseaux sociaux. C’est possible tout le long de l’année,mais on clôture l’adhésion deux semaines avant l’Assemblée Générale de fin de mandat.

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

Cette année malheureusement, au vue de la situation sanitaire, la passation se fera à distance. Nous sommes en contact avec les membres du bureau qui se présente pour le mandat 2020-2021 et qui sont plus motivées que jamais. Il y a de beaux projets à venir et à concrétiser, que nous avons hâte de découvrir plus en détails. C’est avec un petit pincement au coeur que l’on quitte ce mandat, surtout avec une fin d’année difficile, mais en totale confiance dans l’investissement du bureau à venir. Ce sont des jeunes femmes motivées, avec de l’expérience et beaucoup d’envie, tout ce qu’il faut pour réussir. On n’aurait pas pu laisser ce mandat plus sereinement que devant cette belle relève !

N’hésitez pas à nous rejoindre sur les réseaux sociaux :

– Instagram : @CNESF

– Facebook : Corporation Nimoise des Étudiant.e.s Sages-femmes

– Twitter : @CNESF2

 

 

 

 

Comme nous l’avons vu, l’association Ademmoos rassemble les élus de chaque filière ! Cette semaine, c’est aux orthophonistes de Montpellier que nous nous intéressons avec l’association Dis-Lalie ! 

En quelques mots, qu’est-ce que l’association Dis-lalie?

Dis-Lalie, créée en 1998, est l’association des étudiants en orthophonie de Montpellier. Les objectifs de l’association sont d’animer la vie étudiante à travers des événements variés, de représenter les étudiants en orthophonie de Montpellier auprès des fédérations auxquelles Dis-Lalie adhère, à savoir la FNEO (fédération nationale des étudiants en orthophonie) et l’AGEM (association générale des étudiants Montpelliérains), d’aider les étudiants à se préparer à leur insertion professionnelle grâce à des conférences, des formations, des rencontres avec les partenaires et professionnels de santé, d’accompagner les étudiants dans la défense de leurs droits et le bon déroulement de leur formation auprès des instances universitaires et territoriales.

Quelles activités ou actions mettez-vous en place tout au long de l’année ? 

Tout au long de l’année, Dis-Lalie organise des événements destinés aux étudiants adhérents :

  • Des moments de cohésion : week-end et après-midis de cohésion, soirées, repas, week-end ski, cérémonie de fin d’année, participation à la cérémonie de remise des diplômes des néo diplômés…
  • Des formations sur l’orthophonie : conférences (sur la maladie d’Alzheimer, sur la lecture labiale, sur le bégaiement…), formations et ateliers en lien avec le métier (formation dessin, comptabilité…)
  • Des événements destinés au bien-être : ateliers de sophrologie, de yoga.
  • Des événements culturels : visite de la ville, visite du conservatoire d’anatomie, randonnées aux alentours de Montpellier, dégustation de bière/chocolats…
  • Des événements de prévention, citoyenneté et solidarité : ventes de gâteaux pour la semaine du téléthon, d’octobre rose et du sidaction dont les bénéfices sont reversés aux associations, récolte de jouets pour les enfants hospitalisés à Noël, récolte de bouchons en plastique qui seront réutilisés pour fabriquer du matériel pour personnes handicapées, participation à l’hôpital des nounours…

Dis-Lalie soutient également les étudiants tout au long de leurs études. Que se soit en proposant des réductions pour l’achat de matériel orthophonique grâce aux partenariats que nous entretenons avec des maisons d’édition ou en présentant aux étudiants les aides sociales et aides à la mobilité dont ils peuvent bénéficier. Nous accompagnons ensuite les étudiants désireux de faire un semestre à l’étranger dans les démarches administratives. Dis-Lalie apporte aussi son aide aux étudiants qui souhaiteraient intégrer la formation universitaire en orthophonie en publiant des témoignages d’étudiants en orthophonie via les réseaux sociaux, et en hébergeant les candidats lors de l’épreuve orale notamment.

Pourquoi avoir choisi la filière Orthophonie à titre personnel et qu’est-ce que l’association apporte aux étudiants de cette filière ?

A titre personnel, j’ai choisi la filière orthophonie car c’est un métier de soins et surtout de rééducation, ce qui permet d’observer une réelle évolution chez les patients grâce notamment à la prise en charge orthophonique.  C’est un domaine très varié. En effet, les patients sont de tout âge, et les pathologies et méthodes de rééducation sont très diversifiées. Par exemple, l’orthophoniste peut travailler auprès de nouveau-nés ayant un trouble de l’oralité, d’enfants souffrant de troubles des apprentissages (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie…), tout comme de patients atteints de maladies neurologiques, de surdité, en post-AVC ou même en post-covid ! C’est donc un métier dans lequel chaque prise en charge est différente, qui offre le choix de travailler en structure ou bien en cabinet libéral, et donne la possibilité de se former tout au long de notre carrière sur des pathologies très variées.

Pourquoi selon vous adhérer à votre association ? 

Notre association permet aux étudiants en orthophonie Montpelliérains de se retrouver lors de divers événements, ce qui favorise la cohésion et le partage entres les étudiants de notre centre de formation. L’adhésion à Dis-Lalie offre de nombreux privilèges aux étudiants :

  • Réductions ou gratuité des événements organisés par l’association
  • Accès à des conférences et formations sur l’orthophonie, organisées par notre VP Formations
  • Tarifs préférentiels auprès de sociétés dont nous sommes partenaires : assurances, maisons d’édition…
  • La réduction / gratuité des trajets pour se rendre aux événements organisés par la FNEO (week-end de formation et congrès national)
  • Possibilité de participer à tous les événements de cohésion, culturels, de bien-être organisés par l’association
  • Droit de vote aux assemblées générales

Comment adhère-t-on ? 

L’adhésion se fait chaque année au mois de septembre. Le tarif de cotisation est fixé à 11€ pour l’année 2019-2020.

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

L’élection du bureau 2020-2021 se déroule à la fin du mois d’octobre lors de l’assemblée générale de passation. L’élection du nouveau bureau de Dis-Lalie se fera poste par poste. Chaque candidat pourra présenter sa motivation à l’assemblée. Chaque année, le bureau est composé de deux coprésident.e.s, un.e secrétaire, un.e trésorier.e, un.e vice-président.e en charge de la communication, un.e vice-président.e en charge des formations, un.e vice-président.e en charge de la mobilité internationale, un.e vice-président.e en charge des questions sociales, un.e vice-président.e en charge de la culture, un.e vice-président.e en charge des partenariats, un.e vice-président.e en charge de la représentation étudiante, des vice-président.e.s en charge de l’événementiel, des vices-président.e.s en charge des soirées, des vice-président.e.s en charge de la prévention, citoyenneté et solidarité, un.e chargé.e de mission admission.

Voici nos contacts, n’hésitez pas à venir nous retrouver sur nos réseaux :

 

 

La semaine dernière, nous nous retrouvions en compagnie de l’Association Carabins Montpelliéraine pour en savoir plus sur la vie associative des étudiants en médecine. Aujourd’hui, c’est Salomé Duteurtre, la Vice-Doyenne étudiante qui répond à nos questions !

En quelques mots, qu’est-ce qu’ADEMMOOS ?

ADEMMOOS est l’Association des Élus étudiants de Montpellier-Nîmes en Médecine, Orthophonie, Orthoptie et Sage-femme. Elle rassemble près de 40 représentants étudiants élus des différentes filières. 

Nous travaillons au quotidien :

  • en Interprofessionnalité : l’ensemble des filières de la faculté sont représentées ;
  • en Intersite, via une collaboration entre Montpelliérains et Nîmois ;
  • pour Représenter l’ensemble des étudiants de l’UFR auprès de l’administration, de la faculté et du CHU.

Quelles activités ou actions mettez-vous en place tout au long de l’année ? 

Avant tout, notre année est rythmée par nos actions de représentation étudiante.

Ainsi, nous sommes présents dans 2 grands conseils au sein de la faculté :

  • Le conseil pédagogique permet une concertation entres les différents acteurs de la faculté (Enseignants, Administratifs et Étudiants) au sujet des formations proposées par l’UFR. On y aborde notamment les modalités de contrôle de connaissance ou la réévaluation des outils pédagogiques. 
  • Le conseil de gestion est l’instance décisionnelle de la faculté, qui vote et révise le règlement intérieur, le budget, les conventions portées par la facultés ou encore les projets de formation.

 

Notre objectif est donc de porter la voix des étudiants, souvent en s’appuyant sur des sondages, qui permettent un recueil minutieux de l’avis et des positions des étudiants concernant les divers sujets se présentant au cours de l’année universitaire. 

D’autre part, nous menons également des projets multiples pour améliorer nos conditions de formations. Par exemple, plusieurs de nos actions concernent la promotion de la santé :

  • L’amélioration du bien-être étudiant sous toutes ses formes est une de nos priorités. Dans le cadre de nos formations difficiles et exigeantes, certains étudiants peuvent se trouver en difficultés : nous essayons de les accompagner et les rediriger vers des dispositifs capables de les aider.
  • Nous communiquons autour de la vaccination contre la grippe pour encourager les étudiants, futurs soignants, à se faire vacciner. Nous avons notamment organisé une journée de vaccination dans les locaux de la faculté. 

Nous soutenons également les actions qui visent à favoriser la vie étudiante sur les Campus. Nous sommes présents aux Journées Portes Ouvertes et aux Journées Européennes du Patrimoine pour animer les visites et échanger avec le public. Mais, nous participons aussi à l’aménagement des espaces de vie et de travail.

Nous informons les étudiants sur l’actualité de la faculté, par exemple, durant la période de la crise Covid, nous les avons tenu au courant régulièrement de la situation et des réorganisations de nos formations.

Nous accompagnons les externes en médecine dans le choix de leur spécialités, au travers du Forum du Futur Interne (FFI), que nous organisons en lien avec le Syndicat des Internes du Languedoc Roussillon.

Enfin, nous travaillons avec l’ensemble des associations étudiantes de la faculté :

  • Nous soutenons les projets de soutien et pédagogie menés par des étudiants : Tutorats PACES, Tutorats d’années supérieures en médecine et sage-femme, Conférence de préparation à l’iECN…
  • Nous participons à la représentation étudiante à l’échelle locale (AGEM) et à l’échelle nationale dans nos associations de filières respectives.

Qu’apporte l’association aux étudiants ?

Notre association favorise plusieurs choses :

  • le soutien et la représentation de l’ensemble des étudiants inscrits au sein de l’UFR Médecine de Montpellier-Nîmes de l’Université de Montpellier ;
  • la promotion de l’amélioration des conditions de vie étudiante (en termes de qualité d’études et d’offre pédagogique) au sein de l’UFR par l’établissement d’un dialogue permanent entre les étudiants, leurs représentants élus et les associations, toutes filières confondues, appartenant à l’UFR ;
  • le rassemblement des étudiants des différentes composantes de l’UFR, notamment par l’élaboration d’initiatives étudiantes communes, afin d’aller par-delà les clivages inhérents aux différents cursus et de proposer une émulation par mise en synergie des différentes habiletés.

De plus, aucune contribution financière n’est demandée aux étudiants. Le simple fait d’être inscrits au sein de l’UFR permet aux étudiants de bénéficier de l’ensemble des activités proposées par notre association.

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

Le bureau de notre association est formé d’étudiants, élus UFR ou non, nommés pour un an d’octobre à octobre pour coordonner l’équipe des représentants étudiants.

Le renouvellement pour 2020-2021 débutera dans l’été : n’hésitez pas à vous rapprocher du bureau actuel si vous êtes intéressés par un des postes !

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question sur la représentation étudiante !