Archive d’étiquettes pour : Vie étudiante

Cet été, l’Association du Tutorat Santé Montpellier (ATSM) a rédigé un guide concernant les étudiants internationaux. Accessible à la lecture à partir d’un lien que nous mettons à disposition au pied de l’article, ce guide reprend de nombreux points essentiels à propos de l’installation en France, ainsi que de nombreux conseils qui peuvent s’avérer utiles lorsque l’on s’engage dans des études de santé.

S’installer dans un pays étranger n’est jamais évident, d’autant plus lorsque l’on ignore les diverses démarches ainsi que les aides dont on peut bénéficier. Ce guide est donc à visée informative, afin d’aiguiller les étudiants internationaux vers un bon début d’année.

De plus, les études en santé étant particulièrement exigeantes, il va de soi qu’une bonne installation facilite la tâche à quiconque s’engage dans ces filières, en sachant que bon nombre de nos étudiants en filières de santé à Montpellier ont suivi une partie de leur parcours scolaire ou universitaire ailleurs qu’en France.

Le Guide des Étudiants Internationaux se veut un exhaustif, cependant la Vice-Présidente en charge de la Santé, du Social et de l’Accompagnement (VP SSA) à l’ATSM reste disponible afin de répondre aux éventuelles questions concernant le guide via son adresse électronique : vpssa.atsm@gmail.com

Ce guide est constitué de plusieurs parties :

  • les démarches administratives,
  • la vie pratique, plus particulièrement à Montpellier,
  • la première année en santé : témoignages et contact d’associations d’étudiants étrangers.

L’ATSM met ce guide à disposition à partir du lien drive suivant : https://drive.google.com/drive/folders/1QXf8MjVjjReJHWh94jjCszPElRBwk4Pe?usp=sharing

Projet MAP

Les étudiants de l’association Montpellier Artistic Project (MAP) vous invitent à venir disséquer une scène de l’œuvre de Godard « Le Mépris » lors de l’exposition exceptionnelle de l’artiste Sylvain Fraysse au Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Nous les avons rencontrés pour parler de ce projet inédit.

Comment est né ce projet ?

Le projet « Camille » est né en 2022, d’une envie des membres de la Montpellier Artistic Project de faire découvrir de nouvelles formes d’art aux étudiants de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Le bureau 2021-2022 de la MAP a ainsi pris contact avec le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) dans l’optique de créer un projet en commun et c’est ainsi qu’est née cette collaboration avec Sylvain Fraysse, artiste plasticien, et Céline Mélissent, chargée des publics et de la diffusion de la collection au FRAC.

 

En quoi consiste cette expérience artistique pour les visiteurs ?

L’exposition consiste en une expérience sensorielle en lumières et sons autour du film Le Mépris de Jean-Luc Godard. L’artiste utilise la Salle de Dissection du Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes pour y « disséquer » une scène du film. Lors de cette scène mythique, le réalisateur énumère à la manière d’une dissection les parties du corps de Camille, un des personnages principaux, incarné par Brigitte Bardot. Sylvain Fraysse recrée les filtres de couleurs de la scène à l’aide de gélatines sur les vitres de la salle de dissection et découpe aussi la bande-son originale du film pour en 24 fréquences. Il dissèque ainsi l’essence même de la scène.

 

La MAP c’est quoi exactement ?

La « Montpellier Artistic Project » est une association loi 1901 née en août 2020, de trois étudiantes en médecine qui voulaient organiser des activités artistiques au sein de la faculté.
Depuis 3 ans, le bureau de la MAP s’est agrandi et nous proposons divers ateliers et activités à travers nos quatre pôles : Arts Appliqués, Arts Oratoires, Arts Littéraires et Arts Culinaires. Pour cela, nous mettons à disposition du matériel et des séances d’initiation à diverses pratiques artistiques et organisons également des concours d’œuvres sur nos réseaux sociaux, ainsi qu’un concours d’éloquence chaque semestre.
Vous pouvez nous retrouver à travers notre mascotte, un caméléon qui prend le nom de Léon Art sur Facebook, ainsi que sur notre compte Instagram.

 

Pourquoi ce projet vous tient-il à cœur ?

Il nous tient à cœur car il nous permet de faire vivre le Bâtiment Historique de la Faculté en ouvrant une salle auparavant jamais ouverte au public, et ainsi de pouvoir donner une impulsion à l’association en sortant de nos ateliers habituels. Nous avons appris énormément de ce projet, et espérons qu’il plaira aux étudiants et aux visiteurs. De plus, nous sommes très fièr.es de participer à la candidature de Montpellier Capitale de la Culture 2028 et de pouvoir nous impliquer dans les dynamiques de la Métropole. C’est une expérience haute en couleurs qui nous permet de rassembler les étudiants.

 

Quels soutiens avez-vous pu rassembler ?

Nous avons eu l’opportunité de travailler avec Sylvain Fraysse et le FRAC via Céline Mélissent qui était notre interlocutrice privilégiée dans l’élaboration de ce projet. Ce dernier a eu la chance d’être sélectionné pour participer à la candidature de Montpellier Capitale Européenne de la Culture 2028, et nous avons ainsi pu bénéficier d’une aide financière pour la réalisation de l’exposition. La TaM nous a soutenu en accordant la mise en en place des affichages dans certains arrêts de tramway et de bus de la Métropole pour promouvoir l’exposition.
Nous avons également reçu le soutien de l’Université de Montpellier (UM) à travers le Fonds Solidaire d’Initiative Etudiante (FSDIE), et le service Arts et Culture de l’UM avec notamment Eléonore Szturemski, ainsi que de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Nous tenons à remercier tout particulièrement Madame la Doyenne Isabelle Laffont ainsi que le Professeur Gérald Chanques pour leur soutien et leur aide logistique.

 

Infos pratiques sur l’exposition

Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes
2 rue de l’Ecole de Médecine
34000 Montpellier

 

Exposition ouverte au public du 22 mars au 18 avril :
  • mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h à 19h
  • samedi de 10h à 19h

Les étudiants  des médiations lors de ces jours d’ouverture, en visite libre.

Les mardis, des visites guidées seront proposées par les étudiants du master de médiation de la Faculté d’éducation de Montpellier.
  • Mardi 28 mars, 4 et 11 avril à 15h, 16h et 17h
  • Mardi 18 avril à 15h et 16h

Des créneaux de médiation supplémentaires proposés par les membres de l’association seront communiqués ultérieurement sur la page Facebook de l’évènement.

Régulièrement, la DVC (Direction de la Vie des Campus) lance des appels à projets nommés « ALIVE » pour améliorer la vie des étudiants sur les campus de l’Université de Montpellier. Ces projets, construits en collaboration avec les étudiants de chaque campus permettent de donner naissance à des initiatives originales qui sont financées par la CVEC. En 2020, la Faculté a répondu à l’appel permettant d’aboutir à la création d’un abri-vélos sécurisé sur le campus Arnaud de Villeneuve.

De quoi parle-t-on ?

Alive, ce sont des appels à projets lancés, chaque année, par la DVC (Direction de la Vie des Campus) avec un cahier des charges clairement exprimé :

« Dans le cadre du déploiement de la CVEC*, l’Université de Montpellier a choisi de lancer l’appel à projets ALIVE « Amélioration des lieux de vie étudiante » à destination des UFR, Écoles et Instituts. L’appel à projets est lancé pour la création ou la réhabilitation d’espaces destinés à la vie étudiante sur les campus de l’UM et ce, en dehors des lieux de formation. »

Ces appels à projets  ont donc pour objectifs de :

  • Favoriser les conditions d’accueil et de la vie étudiante
  • Développer le mieux vivre ensemble pour les étudiant·e·s.

 

Le projet de 2020-2021 : un abri à vélos sécurisé pour le campus ADV

En 2020, la Faculté de Médecine, en collaboration avec le Vice-Doyen étudiant de l’époque, Florian Mary, décide de consulter ses confrères et consœurs étudiant.e.s et de répondre à l’appel à projet ALIVE. Il est ressorti de cette consultation le besoin d’un abri à vélos sécurisé. Sa construction a ainsi débuté en janvier 2022 et a été achevée en ce début d’année universitaire.

L’abri à vélo est maintenant en fonction avec un accès sécurisé par carte pour 150 étudiants du Campus ADV. Ceux-ci se sont inscrits volontairement en septembre suite à l’appel émis par la direction de la faculté par e-mail. En janvier 2023, le nombre d’accès sera réévalué à la hausse s’il est constaté une sous-utilisation de l’abri.

Cet abri constitue un véritable avantage pour nos étudiants qui peuvent ainsi allier efficacité et écologie en choisissant le vélo comme mode de transport. La sécurisation de l’abri permet de limiter fortement les vols !

 

* La loi n° 2018-166 Orientation et Réussite des Étudiants du 8 mars 2018, dite loi ORE, a créé une contribution vie étudiante et de campus (CVEC), destinée selon l’article L. 841-5.-I du code de l’éducation à « favoriser l’accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiant·e·s et à conforter les actions de prévention et d’éducation à la santé réalisées à leur intention »

Pour la 19ème édition des « Rendez-vous aux Jardins », les jardiniers-botanistes vous accueillent au quatre coins de l’Europe autour du thème « les jardins face au changement climatique ». La manifestation, organisée par le ministère de la culture, aura lieu du vendredi 3 au dimanche 5 juin 2022. Et bonne nouvelle, le Jardin Des Plantes de Montpellier y participe sur deux jours.

 

 Les « Rendez-vous aux jardins », késako ?

 Dès le vendredi 3 juin, ce sont près de 2 200 jardins qui ouvriront leurs portes, offrant des moments de joie et de découverte. Une occasion à partager en famille et entre amis à travers de nombreuses d’activités. Tout au long du week-end, les visiteurs pourront interagir avec des experts sur les mesures de conservation de la nature, l’objectif étant d’informer sur la protection de la biodiversité essentielle au bien-être du vivant. Par ailleurs, depuis quelques années, au vu d’une coopération européenne réussie, de nombreux pays y participent tel que l’Allemagne, le Portugal, la Croatie, l’Italie, la Pologne et également la France. L’occasion de découvrir de splendides Jardins dont le Jardin des Plantes de la Faculté de Médecine de Montpellier

 

Et au Jardin des Plantes, comment cela se passe ?

Le Jardin des Plantes de la Faculté de Médecine de Montpellier ouvre ses portes cette année pour sa 19ème participation. Par groupe de 25, vous découvrirez, à travers 14 visites, les lieux emblématiques du Jardin, autour de thèmes récurrents tels que « L’abeille et l’humain en 2022 », « Des aromatiques et les carrés des 5 sens » ou bien de visites générales. Tous férus de botanique, nos 5 jardiniers-botanistes qui, en l’espace d’un week-end enfileront la casquette de guides, vous présenteront l’adaptation des plantes face au changement climatique dans leur secteur respectif. Le but de ces deux jours est de favoriser l’interaction entre nos jardiniers-botanistes et le grand public mais également sensibiliser les jeunes et les plus grands à préserver et valoriser le Jardin des Plantes de la Faculté. Lieu emblématique de Montpellier, venez le découvrir sous un nouvel œil. Nous vous attendons nombreux ! 

 

Programme des visites 2022 pour les RDV aux Jardins

Le départ de toutes les visites se fait à la loge des gardiens municipaux du Boulevard Henri IV.

Le nombre maximum pour chaque visite est limité à 25 personnes.

  • Ven 3 juin - 13h00

    L‘abeille et l’humain en 2022

    par Jeff Fauveau et l’association APIS SCHOLA

  • Ven 3 juin - 13h30

    Visite générale du Jardin

    par Emmanuel Spicq

    Ven 3 juin - 13h30

  • Ven 3 juin - 14h00

    Être ou ne pas être dans un jardin anglais, telle est la question ?

    par Ludovic Rioux et Jean-Louis Talavera

  • Ven 3 juin - 14h30

    Les collections du Jardin des Plantes

    par Didier Morisot

    Ven 3 juin - 14h30

  • Ven 3 juin - 15h00

    Les stratégies et adaptations des plantes face au climat

    par Denis Nespoulous

  • Ven 3 juin - 16h00

    Des aromatiques et le carré des 5 sens

    par Jean-Louis Talavera

    Ven 3 juin - 16h00

  • Sam 4 juin - 13h30

    Être ou ne pas être dans un jardin anglais, telle est la question ?

    par Ludovic Rioux et Jean-Louis Talavera

  • Sam 4 juin - 14h00

    Promenade au fil de l‘histoire et de l’écologie

    par Denis Nespoulous

    Sam 4 juin - 14h00

  • Sam 4 juin - 14h15

    L‘abeille et l’humain en 2022

    par Jeff Fauveau et l’association APIS SCHOLA

  • Sam 4 juin - 14h30

    La serre Martins et sa collection de succulentes

    par Emmanuel SPICQ

    Sam 4 juin - 14h30

  • Sam 4 juin - 15h00

    Des aromatiques et le carré des 5 sens

    par Jean-Louis Talavera

  • Sam 4 juin - 15h30

    Les stratégies et adaptations des plantes face au climat

    par Denis Nespoulous

    Sam 4 juin - 15h30

  • Sam 4 juin - 16h00

    L‘abeille et l’humain en 2022

    par Jeff Fauveau et l’association APIS SCHOLA

  • Sam 4 juin - 16h30

    Visite générale du Jardin

    par Emmanuel Spicq

    Sam 4 juin - 16h30

 

 

Le Karab’s c’est quoi ? Il s’agit d’un livre de poche répertoriant les établissements et les bons plans de la ville pour les étudiants locaux et étrangers. Réalisé par des étudiants de l’ACM corpo  leur projet voit le jour le 27 avril 2022 après 3 ans de travail et d’acharnement.

3 bonnes raisons de vous procurer le Karab’s !

 

  • 1 - UN GUIDE PRATIQUE PAR SA TAILLE ET SON FORMAT

    Adopter le Karab’s c’est faire le choix de la praticité ! Aussi grand qu’un livre de poche, ce petit guide se glissera facilement dans votre sac pour être emporté partout dans les rues de Montpellier.

    Pratique par sa taille mais aussi par son format ! Le Karab’s se compose de 6 chapitres pour accompagner votre vie étudiante au quotidien : manger, travailler, s’aérer, sortir, se cultiver et boire (avec modération, ne l’oublions pas…!). Le guide est clair et facile à comprendre, il contient des photos des différents lieux (pratique pour les nouveaux arrivants à Montpellier !) avec des renseignements tels que les horaires, le prix, la localisation et bien plus encore…

  • 2 - UN INDISPENSABLE POUR DÉCOUVRIR DE NOUVEAUX LIEUX

    Que vous soyez étudiants locaux ou bien étranger, Le Karab’s est un moyen rapide et efficace de connaitre de bonnes adresses ou d’en découvrir de nouvelles, en centre-ville ou dans les alentours de Montpellier ! Des restaurants chics de Montpellier en passant par les bars à petit prix toutes les catégories de lieux y figurent.

  • 3 - SOUTENIR UNE INITIATIVE ÉTUDIANTE

    Après 3 ans de dur labeur, les étudiants de l’ACM Corpo ont enfin pu voir leur projet aboutir ! Se procurer ce guide, c’est aussi soutenir leur travail.

    Que vous soyez amateur.ice de bons plans ou tout simplement curieux.se, ce guide est fait pour vous ! Le plus ? Le Karab’s est 100% gratuit et disponible à la corpo Médecine à Montpellier alors foncez vous le procurer !

 

Le Karab’s à la une de la presse locale !

Et parce qu’une si belle initiative ne pouvait pas passer à côté de la presse locale, le Karab’s a déjà fait deux parutions ! Bientôt présent sur Radio Campus Montpellier et sur Fun Radio, ce petit guide a de grands jours devant lui !

Chaque année, les étudiants choisissent un élu pour les représenter au niveau de l’équipe décanale. Cette année, c’est Théo Lacoste, étudiant en 4e année de médecine sur le campus ADV qui a été choisi pour vous représenter. Apprenez-en un peu plus sur lui et les actions d’Ademmoos à travers cette interview ! Portrait.

Bonjour Théo, tout d’abord, qui es-tu ? Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Théo Lacoste, je suis étudiant en 4e année de Médecine sur le campus ADV. Je suis aussi élu étudiant en conseil pédagogique, président d’Ademmoos (élus étudiants toutes filières). Je me destine à la profession de médecin bien sûr, mais je n’ai pas forcément de spécialité précise en tête, si ce n’est me spécialiser quelque chose de transversal comme la médecine d’urgence. Mais je ne suis pas fermé, je pense qu’il faut passer par plusieurs terrains de stage pour s’assurer de son avenir !

Tu es président d’Ademmoos : peux-tu nous rappeler le rôle de cette association ?

Il faut rappeler que sur notre Faculté, il y a plusieurs sites, plusieurs filières. Le pouvoir de représentation des étudiants dans les différents conseils est donc assuré par des élus étudiants. Ce travail est très conséquent. Nous avons donc décidé en 2016 de créer cette association pour libérer les étudiants élus du travail de fond (notamment tout ce qui est communication, infographies, etc.) mais également pour élaborer des projets avec d’autres associations étudiantes. L’objectif est vraiment de rassembler, de fédérer, de coordonner les associations et à travers elles, les étudiants.

Les membres de l’association sont constitués des étudiants élus aux différents conseils représentatifs, mais nous avons également des membres non-élus. Ils amènent souvent des réflexions très intéressantes avec un angle de vue différent lors de nos réunions mensuelles.

Peux-tu nous donner des exemples de projets coordonnés par Ademmoos et d’autres associations ?

Oui, par exemple la MAP (Montpellier Artistic Project) qui est une association centrée sur les Arts. Nous avons avec eux organisé un atelier d’Art-Thérapie, en présence d’un professionnel du métier, pour les étudiants, dans l’objectif de lutter contre le stress des études. Mais les projets que nous menons / coordonnons peuvent également se faire en dehors de nos associations. Je pense particulièrement au défi “Dry January(cf post instagram ci-dessous) que nous avons mené en collaboration avec l’ICM dernièrement, ou encore au “Mois Sans Tabac”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ADEMMOOS (@ademmoos)

Plus que le président d’Ademmoos, tu es aujourd’hui Vice-Doyen étudiant. Peux-tu nous préciser ton rôle à cette fonction ?

J’ai 3 missions principales : Tout d’abord, une mission académique, très institutionnelle. Je suis en rapport étroit avec l’équipe décanale, notamment la Doyenne Isabelle Laffont, mais également les équipes pédagogiques et administratives pour porter la voix des étudiants. Cela consiste à participer régulièrement à des réunions, mais aussi être à l’écoute de ce qu’il se passe aussi bien au niveau des étudiants qu’au niveau de l’environnement facultaire. Je suis un peu une “navette” pour remonter ou descendre des informations. Ces informations, je les transmets aux élus étudiants qui les diffusent aux différentes filières, aux différents sites ou aux différentes promotions.

La deuxième mission se centre sur l’association Ademmoos. Je dois donner une “ligne de conduite” au niveau de la politique de notre mandat. J’y reviendrai, mais l’idée est de répartir les sujets d’importance, parmi les 40 étudiants de l’association : certains s’occupent des réformes, d’autres du bien-être ou de la coordination avec les autres associations.

Ma troisième mission est vraiment d’être en lien direct avec les étudiants. Je peux être interpellé à cet effet par les délégués de promotions, mais ce n’est pas suffisant, les infos peuvent se perdre. Alors, je mets un point d’honneur à organiser le plus possible des réunions en présentiel, avec les différentes promotions pour discuter, “prendre la température” et recueillir directement auprès des étudiants leurs besoins et leurs ressentis. Ces infos me sont alors utiles dans le cadre de ma première mission académique afin de porter avec le plus d’exactitude possible la volonté des étudiantes et étudiants.

Quelles sont les priorités de ton mandat ?

Il y a plusieurs champs prioritaires. Tout d’abord un volet un peu plus académique et administratif, qui consiste principalement à poursuivre le travail de mes prédécesseurs : Salomé Duteurtre et Florian Mary. Ils ont tous les deux travaillé sur ce que j’appelle “l’Alliance Pédagogique”. C’est-à-dire, la co-construction de notre parcours de vie étudiant, avec l’ensemble des interlocuteurs : enseignants, étudiants et corps administratif de la Faculté.

Cela paraît simple vu de l’extérieur mais c’est en fait assez complexe, car il faut concilier l’avis de tout le monde ; réussir finalement, à trouver des accords à partir de nos désaccords ! Pour autant, cela se fait avec la bonne volonté de tout le monde, en bonne intelligence. Nous devons travailler ensemble, et regarder les problématiques à résoudre à travers les prismes de chacun, pour que les solutions prises soient bénéfiques pour tous.tes. Ce devoir de vivre ensemble, il est véritablement primordial, et on le répète régulièrement à toute l’équipe, notamment plus récemment aux nouveaux élus étudiants du conseil de gestion et du conseil pédagogique.

Ensuite, il y a toutes les réflexions autour du bien-être étudiant. C’est quelque chose qui est assez nouveau, dont on ne parlait pas trop il y a quelques années et qui a été révélé au grand jour par la crise sanitaire. Aujourd’hui plus que jamais, ce sujet est devenu notre principale priorité.

Mais on ne peut pas agir sans connaître l’ampleur de la problématique ! Nous nous sommes donc donné comme premier objectif de recueillir l’avis ou l’expérience des étudiant.e.s à travers des enquêtes. Nous avons ainsi pu recueillir plus de 1000 réponses à notre premier questionnaire sur la santé mentale, diffusé au cours de l’hiver, – je profite d’ailleurs de cette interview pour remercier les répondants ! – . Les résultats de cette enquête sont en cours de traitement. Par ailleurs, nous avons il y a quelques semaines commencé à diffuser une nouvelle enquête, concernant les violences sexistes et sexuelles que peuvent subir les étudiants à la faculté, en soirée ou sur leur lieu de travail/stage afin de délimiter les contours du problème et ainsi entrevoir des actions correctives pour limiter les incidents voire sanctionner le cas échéant.

En pratique, mettez-vous des actions en place pour favoriser le bien-être des étudiants ?

Oui, d’un point de vue pratico-pratique, nous avons créé cette année un pôle bien-être avec deux chargés de missions qui sont étudiants en médecine (Ulysse Godin et Maribelle Dossou-Yovo). Ils ont pour mission d’organiser des événements de sensibilisation. Par exemple, il y a eu la conférence sur les addictions avec le Pr Hélène Donnadieu-Rigole, le Mois Sans Tabac, le Dry January… En mars, nous aurons une conférence sur les risques psycho-sociaux et le “workaholism”. Ces événements sont assez appréciés des étudiants.

Il y a également d’autres projets pratiques en dehors de la thématique “bien-être” comme le Forum du Futur Interne, qui est piloté par l’ex-Vice-Doyen Florian Mary, qui a pour objectif de mettre en relation les étudiants de 5e et 6e année avec des internes afin de partager leur expérience.

Qu’est-ce-qui t’a motivé à prendre ce rôle d’élu et de Vice-Doyen ?

La motivation m’est venue à mesure de mes engagements précédents, à la fois au niveau d’Ademmoos mais aussi au niveau de l’ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France), car l’an passé, j’étais très impliqué dans les sujets autour de la R2C (réforme du deuxième cycle des études médicales) sur le plan national. Ceci m’a donné envie de m’engager encore plus fortement au niveau local, sur les problématiques qu’on rencontre au quotidien.

Bien sûr, les discussions avec mes prédécesseurs m’ont également fortement influencé. Tout s’est fait ensuite très naturellement, l’envie d’aider les promotions me guidant dans mes choix. J’avais envie de voir mes études sous un autre angle.

Après, oui c’est très chronophage. C’est parfois un peu dur de tout concilier ! Il est donc important de bien s’entourer de savoir déléguer. A cet égard, je souhaite remercier particulièrement Florent Benoist, qui est VP Général d’Ademmoos et représentant au Conseil Pédagogique et qui m’aide vraiment beaucoup et me permet de bien m’organiser.

Comment est-on élu Vice-Doyen ?

Le Vice-Doyen est proposé par les élus étudiants au Conseil de Gestion. Il fait bien souvent partie de la liste des étudiants élus. Le Conseil vote ensuite en faveur ou en défaveur de l’étudiant proposé. Cette proposition fait l’objet de discussions préalables en interne au sein d’Ademmoos. Une fois élu, le Vice-Doyen est en place pour 2 ans, mais bien souvent, nous démissionnons au bout d’un an pour pouvoir bien se consacrer à nos études.

Merci beaucoup pour cet échange : as-tu un mot de la fin ?

Oui, à propos de l’une des priorités de mon mandat, sur le bien-être. Je voudrais faire passer le message suivant : on a le droit de ne pas aller bien. Les étudiants en santé sont issus d’un système très sélectif, où il faut être toujours le meilleur. Culturellement, c’est donc compliqué pour nous de dire quand ça ne va pas, on a tendance à taire nos faiblesses. Pour autant, il n’est pas anormal de se sentir mal ! Il y a des dispositifs d’aide que l’on peut retrouver sur le site web de la Faculté. Il faut briser le silence sur ce tabou et s’emparer des dispositifs mis au point conjointement par les étudiants et la faculté pour se sentir mieux. Seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin !

Après l’Othofaso il y a quelques jours, place à l’ASMM, l’association des étudiants sportive de Médecine Montpellier ! Nous rencontrons aujourd’hui Amandine, vice-présidente chargée de la communication qui nous en dit plus !

 

Pouvez-vous nous présenter votre association en quelques mots ? Quel est l’objectif ?

L’Association Sportive Médecine Montpellier est une association créée il y a une dizaine d’années dans le but de promouvoir l’activité sportive chez les étudiants en Médecine dans une ambiance conviviale. Si cet objectif n’a pas changé au cours des années, l’ASMM a su évoluer, notamment en intégrant les étudiants en PACES (futur PASS-LAS) et de Sage-Femme.Notre association permet aux étudiants en santé de renouer avec le sport, souvent délaissé durant leurs études, de façon conviviale et détendue. Ces moments sont d’autant plus important pour les étudiants de PACES/PASS/LAS qui subissent une pression considérable vis-à-vis de leur concours. Toute l’équipe est donc à leur écoute pour leur apporter un soutien moral et un exutoire convivial. Le projet de cette année est d’ouvrir l’adhésion aux autres filières de santé, notamment aux étudiants en kinésithérapie et en dentaire.

 

Quelles sont les activités que vous menez tout au long de l’année ? Pouvez-vous nous les présenter ?

Tout au long de l’année, nous organisons deux séances par semaine, l’une consacrée uniquement aux étudiants de PACES/PASS/LAS et la seconde consacrée aux étudiants de médecine et de maïeutique. Le contenu de nos séances est variable aux grès des adhérents. Les séances sont souvent composées d’exercices travaillant l’endurance ou le renforcement musculaire, ainsi qu’une partie plus ludique avec des sports collectifs comme l’ULTIMATE.

Nous organisons également des activités extra-séances : canoë, Beach-volley, trampoline, pétanque, laser game, foot en salle…

 

Pourquoi et comment adhérer à votre association ?

Adhérer à notre association permet aux étudiants d’avoir accès à nos séances et à nos évènements sportifs toute l’année. L’adhésion est au prix de 5€ pour les PACES, LAS, PASS, deuxième et troisième années de médecine et de maïeutique. L’inscription est gratuite pour les années supérieures. L’inscription est possible tout au long de l’année, soit sur internet via l’application Pumpkin soit en direct en début de séance ou avant les événements : pour ça, rien de plus facile, il suffit de télécharger l’application et de créer un compte avec le code ASMM.

 

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’élection du bureau 2020-21 ?

Un nouveau bureau est élu en interne chaque année. Il est composé majoritairement d’élèves en troisième année de médecine, ainsi qu’un élève de Sage-Femme. Le bureau actuel est composé de :

  • Tristan Georger : président
  • Juliette Cuminal : secrétaire
  • Cécile Burgalieres : trésorière
  • Romane Barbier et Nicolas Rouvière : vice-présidents chargés des partenariats
  • Pietro Rosso : Vice-président chargé des séances
  • Aurélien Clamens : vice –président chargé de la communication Sage-Femme
  • Amandine Sautel et Matthieu Branchereau : vice-présidents chargés de la communication médecine

 

Point COVID-19

La crise sanitaire actuelle nous a amené à repenser nos séances, notamment en ne pratiquant plus de sports collectifs. Et en séparant les participants par groupe de 10, puis 6 afin de limiter la propagation du virus et protéger nos adhérents. Les gestes barrières (port du masque, gel hydro alcoolique) sont également strictement respectés durant nos séances et nos évènements. On favorise aussi les activités en plein air, à l’instar de nos sessions de course à pied. Nous travaillons également avec des établissements sportifs partenaires pour proposer des activités en groupes réduits à nos adhérents, qui peuvent en profiter quand ils le veulent (bowling, escalade, escape game, laser game …). Nous avons également mis en place des sessions yoga en live instagram, ce qui permet d’allier bien-être étudiant et limitation des activités en groupe.

Comment vous contacter sur les réseaux sociaux ?

Instagram : tim_asmm

Facebook : tim asmm

Site internet : Association ASMM

Nous avons rencontré plus tôt l’AMEO. Aujourd’hui, Cap sur Nîmes et des contrées plus lointaine avec l’asso des Crocos du Monde !

En quelques mots, c’est quoi l’asso des Crocos du Monde ?

Créée en 2007, “Crocos du monde” est l’association humanitaire étudiante de la Faculté de Médecine, site de Nîmes. Son but est de permettre aux étudiants en médecine et maïeutique de s’investir dans l’humanitaire, chacun à son échelle et d’être sensibilisé aux disparités mondiales. L’objectif principal est l’organisation d’un projet de solidarité internationale réalisé chaque année. Ainsi depuis la création de l’association les Crocos ont déjà été au Maroc, au Burkina faso ou encore au Togo l’été dernier !

Quelles sont les activités que vous menez tout au long de l’année ? Pouvez-vous nous les présenter ?

Au cours de l’année nous avons deux activités majeures, des événements pour financer le projet de solidarité internationale et depuis cette année le projet local sur Nîmes qui nous a permis de mettre en place des actions sociales à l’échelle de notre ville.

Afin de financer notre voyage, des actions sont menées au sein de notre Université depuis le début de l’année. Des goûters ont déjà été organisés. Pendant la période des fêtes, des stands de papiers cadeau ainsi qu’une vente de chocolats ont permis de collecter de l’argent.

En parallèle le projet Nîmes s’articule autour de plusieurs actions, la plupart en partenariat avec la Croix-Rouge Française du Gard notamment pour des maraudes et des visites en EHPAD.

Pourquoi avez-vous intégré l’association à titre personnel ? Qu’apporte votre association aux étudiants ?

Je me suis toujours intéressée aux actions humanitaires, cette association m’a offert la possibilité de m’investir par l’intermédiaire de multiples actions locales, qui associent notre niveau d’étude et le peu de temps que l’on peut consacrer à des activités de solidarité.

J’ai pu ainsi prendre conscience des différents besoins qui m’entourent et agir dessus, que ce soit directement sur Nîmes ou avec la récolte de fond, et la préparation du voyage de solidarité internationale qui a lieu chaque année.

Pourquoi et comment adhérer aux Crocos du monde ?

Notre association permet de s’engager dans des actions sociales, solidaires et écologiques. Cela vous permet de vous investir et d’être en accord avec vos valeurs. De plus, cela est en lien avec vos études en développant le lien social et le contact avec des personnes défavorisées.

L’adhésion est possible en septembre, après l’assemblée générale de rentrée puis tout au long de l’année. Il suffit de remplir une fiche d’adhésion et de payer une cotisation de 10 euros en chèque ou en espèces puis vous serez officiellement membres des Crocos du Monde. L’association est ouverte à tout étudiant de la faculté de Nîmes (PACES/ PASS, médecine, maïeutique)

Quelques mots sur le bureau de l’année 2020-2021 ?

L’élection de notre bureau se déroule en deux parties :

  • Premièrement, a lieu l’élection d’un bureau restreint (BR). Suite à une période de campagne en dématérialisée, le vote s’est tenu début juin. En raison de la situation sanitaire actuelle, nous réaliserons la passation en présentiel à la rentrée.
  • Puis, fin septembre les membres de l’association de deuxième année (médecine ou maïeutique) pourront se présenter au bureau. Après une courte campagne, le BR choisit son bureau en fonction du nombre de candidats par poste.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous rejoindre sur nos réseaux: