Archive d’étiquettes pour : 2022

Cette année, à l’occasion des Journées du Patrimoine, La Mission Bern, en partenariat avec la Fondation pour le Patrimoine et la Française des Jeux remettront aux équipes des Jardins des Plantes le chèque accordé grâce au Loto du Patrimoine ! L’après-midi, un programme de visites guidées gratuites attendent les visiteurs.

 

 

Le Jardin des Plantes, sélectionné par le Loto du Patrimoine

Nous l’apprenions en mars dernier, le Jardin des Plantes par la Mission Patrimoine, confiée à Stéphane Bern par le Ministère de la Culture parmi 18 autres sites français pour bénéficier du soutien du Loto du Patrimoine.  Outre une belle visibilité nationale, ce programme permettra d’offrir à l’Intendance du Jardin des Plantes un très beau coup de pouce pour sa rénovation, dont les travaux devraient commencer prochainement.

Pour fêter cela, le Jardin reçoit donc, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, une délégation de la Mission Patrimoine et de la Française des Jeux. Une cérémonie de remise de prix aura lieu à 10h30 ce samedi 17 septembre au Jardin des Plantes. Cette cérémonie, en présence de M. Lloberes, Directeur régional FDJ région Sud-Est, de M. Pradel, Responsable du secteur FDJ Hérault Nord Aveyron et de M. Genet, Délégué régional Occitanie-Méditerranée pour la Fondation du Patrimoine dévoilera le soutien apportée par la Mission au projet de rénovation de l’Intendance.

 

Un après-midi consacré aux visites guidées !

Pour célébrer les journées du patrimoine, nos équipes composées de jardiniers et d’enseignants vous proposent, une fois n’est pas coutume plusieurs visites guidées. Accessible gratuitement et sans réservation, elle se font par petits groupes de 15 à 20 personnes. Prévoyez donc de venir quelques minutes à l’avance pour vous assurer d’une place. En cas de beau temps, bouteille d’eau et chapeau sont fortement conseillés !

Retrouvez le programme de la journée ci-dessous.

 

NB : Cette année, le Bâtiment Historique n’ouvrira pas ses portes en raison des travaux de rénovation.

 

On en a parlé

C’est toujours un moment d’émotions pour les étudiants, leurs proches et nos équipes. Ce mercredi 7 septembre 2022, nous célébrions la diplomation de nos 22 nouveaux infirmier.e.s en pratique avancée. C’est dans le cadre d’une cérémonie intimiste au sein du Bâtiment Historique qu’a eu lieu la cérémonie.

 

Félicitation à notre nouvelle promotion de diplômés

Le DE IPA (Diplôme d’État d’Infirmier.e en Pratique Avancée) est une formation en deux années, délivrée par la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes depuis l’année 2020. Chaque année, c’est un peu plus d’une vingtaine d’étudiant.e.s qui poursuivent ces études. Elles permettent à des infirmiers diplômés (les candidats au DE IPA doivent avoir au moins 3 années d’expérience) d’acquérir des compétences élargies dans le but d’améliorer le suivi des patients atteints de pathologies chroniques.

 

Ce mercredi 7 septembre, nous célébrions donc la diplomation de la promotion 2022. Après que chaque diplômé.e présent ait pris la parole pour un discours, la cérémonie a été marquée comme il se doit par le traditionnel lancer de toques ! Félicitations à tous nos diplômés ! Les équipes de la Faculté de Médecine vous souhaitent le meilleur pour la suite de votre carrière professionnelle.

 

Le mois d’avril 2022 sera marqué par l’organisation des élections des 3 conseils de notre UFR : le Conseil de Gestion (ou conseil d’UFR), le Conseil Pédagogique et le Conseil Scientifique. Retrouvez dans cet article l’agenda de ces élections et les différentes modalités de candidature et de vote.

 

Agenda des élections

  • 12 avril 2021

    Elections des représentants des personnels au conseil de gestion, conseil scientifique et conseil pédagogique

    • Les votes se font à l’urne
    • Pour Montpellier : sur le Campus ADV en salle d’Excellence des Pratiques de 9h à 17h
    • Pour Nîmes : dans le bâtiment D, salle D101 de 9h à 17h

 

Informations relatives à l’élection pour le Conseil de Gestion

Téléchargez ci-dessous tous les documents relatifs à cette élection :

Collège A

Collège B
Collège P
Collège BIATS

 

Les listes électorales sont consultables à l’accueil du campus ADV et du campus de Nîmes, ainsi que sur l’intranet de l’Université.

 

Informations relatives à l’élection pour le Conseil Pédagogique

Téléchargez ci-dessous la proclamation des résultats

 

Informations relatives à l’élection pour le Conseil Scientifique

Téléchargez ci-dessous tous les documents relatifs à cette élection :

Chaque année, les étudiants choisissent un élu pour les représenter au niveau de l’équipe décanale. Cette année, c’est Théo Lacoste, étudiant en 4e année de médecine sur le campus ADV qui a été choisi pour vous représenter. Apprenez-en un peu plus sur lui et les actions d’Ademmoos à travers cette interview ! Portrait.

Bonjour Théo, tout d’abord, qui es-tu ? Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Théo Lacoste, je suis étudiant en 4e année de Médecine sur le campus ADV. Je suis aussi élu étudiant en conseil pédagogique, président d’Ademmoos (élus étudiants toutes filières). Je me destine à la profession de médecin bien sûr, mais je n’ai pas forcément de spécialité précise en tête, si ce n’est me spécialiser quelque chose de transversal comme la médecine d’urgence. Mais je ne suis pas fermé, je pense qu’il faut passer par plusieurs terrains de stage pour s’assurer de son avenir !

Tu es président d’Ademmoos : peux-tu nous rappeler le rôle de cette association ?

Il faut rappeler que sur notre Faculté, il y a plusieurs sites, plusieurs filières. Le pouvoir de représentation des étudiants dans les différents conseils est donc assuré par des élus étudiants. Ce travail est très conséquent. Nous avons donc décidé en 2016 de créer cette association pour libérer les étudiants élus du travail de fond (notamment tout ce qui est communication, infographies, etc.) mais également pour élaborer des projets avec d’autres associations étudiantes. L’objectif est vraiment de rassembler, de fédérer, de coordonner les associations et à travers elles, les étudiants.

Les membres de l’association sont constitués des étudiants élus aux différents conseils représentatifs, mais nous avons également des membres non-élus. Ils amènent souvent des réflexions très intéressantes avec un angle de vue différent lors de nos réunions mensuelles.

Peux-tu nous donner des exemples de projets coordonnés par Ademmoos et d’autres associations ?

Oui, par exemple la MAP (Montpellier Artistic Project) qui est une association centrée sur les Arts. Nous avons avec eux organisé un atelier d’Art-Thérapie, en présence d’un professionnel du métier, pour les étudiants, dans l’objectif de lutter contre le stress des études. Mais les projets que nous menons / coordonnons peuvent également se faire en dehors de nos associations. Je pense particulièrement au défi “Dry January(cf post instagram ci-dessous) que nous avons mené en collaboration avec l’ICM dernièrement, ou encore au “Mois Sans Tabac”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ADEMMOOS (@ademmoos)

Plus que le président d’Ademmoos, tu es aujourd’hui Vice-Doyen étudiant. Peux-tu nous préciser ton rôle à cette fonction ?

J’ai 3 missions principales : Tout d’abord, une mission académique, très institutionnelle. Je suis en rapport étroit avec l’équipe décanale, notamment la Doyenne Isabelle Laffont, mais également les équipes pédagogiques et administratives pour porter la voix des étudiants. Cela consiste à participer régulièrement à des réunions, mais aussi être à l’écoute de ce qu’il se passe aussi bien au niveau des étudiants qu’au niveau de l’environnement facultaire. Je suis un peu une “navette” pour remonter ou descendre des informations. Ces informations, je les transmets aux élus étudiants qui les diffusent aux différentes filières, aux différents sites ou aux différentes promotions.

La deuxième mission se centre sur l’association Ademmoos. Je dois donner une “ligne de conduite” au niveau de la politique de notre mandat. J’y reviendrai, mais l’idée est de répartir les sujets d’importance, parmi les 40 étudiants de l’association : certains s’occupent des réformes, d’autres du bien-être ou de la coordination avec les autres associations.

Ma troisième mission est vraiment d’être en lien direct avec les étudiants. Je peux être interpellé à cet effet par les délégués de promotions, mais ce n’est pas suffisant, les infos peuvent se perdre. Alors, je mets un point d’honneur à organiser le plus possible des réunions en présentiel, avec les différentes promotions pour discuter, “prendre la température” et recueillir directement auprès des étudiants leurs besoins et leurs ressentis. Ces infos me sont alors utiles dans le cadre de ma première mission académique afin de porter avec le plus d’exactitude possible la volonté des étudiantes et étudiants.

Quelles sont les priorités de ton mandat ?

Il y a plusieurs champs prioritaires. Tout d’abord un volet un peu plus académique et administratif, qui consiste principalement à poursuivre le travail de mes prédécesseurs : Salomé Duteurtre et Florian Mary. Ils ont tous les deux travaillé sur ce que j’appelle “l’Alliance Pédagogique”. C’est-à-dire, la co-construction de notre parcours de vie étudiant, avec l’ensemble des interlocuteurs : enseignants, étudiants et corps administratif de la Faculté.

Cela paraît simple vu de l’extérieur mais c’est en fait assez complexe, car il faut concilier l’avis de tout le monde ; réussir finalement, à trouver des accords à partir de nos désaccords ! Pour autant, cela se fait avec la bonne volonté de tout le monde, en bonne intelligence. Nous devons travailler ensemble, et regarder les problématiques à résoudre à travers les prismes de chacun, pour que les solutions prises soient bénéfiques pour tous.tes. Ce devoir de vivre ensemble, il est véritablement primordial, et on le répète régulièrement à toute l’équipe, notamment plus récemment aux nouveaux élus étudiants du conseil de gestion et du conseil pédagogique.

Ensuite, il y a toutes les réflexions autour du bien-être étudiant. C’est quelque chose qui est assez nouveau, dont on ne parlait pas trop il y a quelques années et qui a été révélé au grand jour par la crise sanitaire. Aujourd’hui plus que jamais, ce sujet est devenu notre principale priorité.

Mais on ne peut pas agir sans connaître l’ampleur de la problématique ! Nous nous sommes donc donné comme premier objectif de recueillir l’avis ou l’expérience des étudiant.e.s à travers des enquêtes. Nous avons ainsi pu recueillir plus de 1000 réponses à notre premier questionnaire sur la santé mentale, diffusé au cours de l’hiver, – je profite d’ailleurs de cette interview pour remercier les répondants ! – . Les résultats de cette enquête sont en cours de traitement. Par ailleurs, nous avons il y a quelques semaines commencé à diffuser une nouvelle enquête, concernant les violences sexistes et sexuelles que peuvent subir les étudiants à la faculté, en soirée ou sur leur lieu de travail/stage afin de délimiter les contours du problème et ainsi entrevoir des actions correctives pour limiter les incidents voire sanctionner le cas échéant.

En pratique, mettez-vous des actions en place pour favoriser le bien-être des étudiants ?

Oui, d’un point de vue pratico-pratique, nous avons créé cette année un pôle bien-être avec deux chargés de missions qui sont étudiants en médecine (Ulysse Godin et Maribelle Dossou-Yovo). Ils ont pour mission d’organiser des événements de sensibilisation. Par exemple, il y a eu la conférence sur les addictions avec le Pr Hélène Donnadieu-Rigole, le Mois Sans Tabac, le Dry January… En mars, nous aurons une conférence sur les risques psycho-sociaux et le “workaholism”. Ces événements sont assez appréciés des étudiants.

Il y a également d’autres projets pratiques en dehors de la thématique “bien-être” comme le Forum du Futur Interne, qui est piloté par l’ex-Vice-Doyen Florian Mary, qui a pour objectif de mettre en relation les étudiants de 5e et 6e année avec des internes afin de partager leur expérience.

Qu’est-ce-qui t’a motivé à prendre ce rôle d’élu et de Vice-Doyen ?

La motivation m’est venue à mesure de mes engagements précédents, à la fois au niveau d’Ademmoos mais aussi au niveau de l’ANEMF (Association Nationale des Etudiants en Médecine de France), car l’an passé, j’étais très impliqué dans les sujets autour de la R2C (réforme du deuxième cycle des études médicales) sur le plan national. Ceci m’a donné envie de m’engager encore plus fortement au niveau local, sur les problématiques qu’on rencontre au quotidien.

Bien sûr, les discussions avec mes prédécesseurs m’ont également fortement influencé. Tout s’est fait ensuite très naturellement, l’envie d’aider les promotions me guidant dans mes choix. J’avais envie de voir mes études sous un autre angle.

Après, oui c’est très chronophage. C’est parfois un peu dur de tout concilier ! Il est donc important de bien s’entourer de savoir déléguer. A cet égard, je souhaite remercier particulièrement Florent Benoist, qui est VP Général d’Ademmoos et représentant au Conseil Pédagogique et qui m’aide vraiment beaucoup et me permet de bien m’organiser.

Comment est-on élu Vice-Doyen ?

Le Vice-Doyen est proposé par les élus étudiants au Conseil de Gestion. Il fait bien souvent partie de la liste des étudiants élus. Le Conseil vote ensuite en faveur ou en défaveur de l’étudiant proposé. Cette proposition fait l’objet de discussions préalables en interne au sein d’Ademmoos. Une fois élu, le Vice-Doyen est en place pour 2 ans, mais bien souvent, nous démissionnons au bout d’un an pour pouvoir bien se consacrer à nos études.

Merci beaucoup pour cet échange : as-tu un mot de la fin ?

Oui, à propos de l’une des priorités de mon mandat, sur le bien-être. Je voudrais faire passer le message suivant : on a le droit de ne pas aller bien. Les étudiants en santé sont issus d’un système très sélectif, où il faut être toujours le meilleur. Culturellement, c’est donc compliqué pour nous de dire quand ça ne va pas, on a tendance à taire nos faiblesses. Pour autant, il n’est pas anormal de se sentir mal ! Il y a des dispositifs d’aide que l’on peut retrouver sur le site web de la Faculté. Il faut briser le silence sur ce tabou et s’emparer des dispositifs mis au point conjointement par les étudiants et la faculté pour se sentir mieux. Seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin !

La Doyenne de la Faculté de Médecine et toutes les équipes administratives et pédagogiques de notre établissement vous adressent leurs meilleurs vœux 2022. A cette occasion, découvrez les vœux en vidéo de notre Doyenne, Isabelle Laffont.

 

“Je tiens à saluer à cette occasion l’engagement exceptionnel de nos équipes et les qualités d’adaptation dont vous avez tous fait preuve pour faire face à ce contexte difficile.”

“2021 a été une année dense, une année positive, une année réussie et pour autant elle s’est déroulée dans un contexte épidémique difficile. Je tiens à saluer à cette occasion l’engagement exceptionnel de nos équipes et les qualités d’adaptation dont vous avez tous fait preuve pour faire face à ce contexte difficile.”

 

“Nous démarrons 2022, que je souhaite placer sous le signe de l’apaisement, de la construction et de la responsabilité.”

“Je nous souhaite, je vous souhaite une année 2022 apaisée, qui voit revenir une forme de sérénité sur le front du covid, avec la disparition de cette épidémie et de ses conséquences sanitaires et sociétales. Je vous souhaite une année 2022 apaisée, qui voit aussi une stabilisation des multiples réformes des études médicales qui se sont succédé ces dernières années. Il est temps de prendre du recul et d’accorder de l’attention à l’ensemble des formations portées par cette faculté. ”

“Je nous souhaite et je vous souhaite une année 2022 constructive. Constructive d’abord sur le champ des réformes des études de médecine avec la mise en œuvre de la réforme du 2e cycle qui va nous prendre du temps et de l’énergie sur les deux années qui viennent. Construction également et finalisation de l’offre de masters santé de la Faculté de Médecine. Et enfin, toujours dans le champ de la formation, déploiement et organisation de la simulation en santé qui va prendre de plus en plus de place dans nos organisations facultaires. ”

“Enfin, je souhaite que l’année 2022 soit une année de responsabilité. Responsabilité sociétale, j’en ai parlé à travers la territorialité ; mais également de responsabilité sociale : il est nécessaire que la fac continue à prendre soin d’elle-même et de sa communauté. Qu’elle permette de renforcer encore plus le sentiment d’appartenance des agents aux projets facultaires.”

 

“Je vous souhaite également de garder cet enthousiasme et cette créativité qui vous caractérisent.”