Dans le cadre des 800 ans de la Faculté de Médecine, en partenariat avec l’Espace de réflexion éthique Occitanie et sous le parrainage de l’Académie Nationale de Médecine, nous accueillerons au sein de notre campus Arnaud de Villeneuve, le colloque « L’Homme Face à la Science ».

 

Un colloque organisé à l’occasion des 800 ans de la Faculté de Médecine.

La santé et les soins évoluent et des interrogations éthiques et sociétales émergent.

Des thèmes comme les enjeux éthiques des biotechnologies de la prédiction, l’innovation dans un contexte de crise sanitaire ou les repères éthiques pour l’innovation en neuroscience seront abordés à l’occasion de ce colloque, organisé en partenariat avec l’Espace Ethique Régional d’Occitanie.

Ouvert à tous (sur inscription gratuite), cet événement accueillera des membres de l’Académie des Sciences ainsi que de l’Académie Nationale de Médecine, laquelle parraine cet événement.

Programme du congrès, le 7 octobre 2021 sur le campus ADV

  • 8H30

    Accueil

  • 9H00

    Allocutions Introductives

    Jean-François ALLILAIRE – Philippe AUGE – Michel MONDAIN

    9H00

  • 9H20

    Quand l’opposition aux faits médicaux et scientifiques devient-elle déraisonnable ?

    Jean-François MATTEI

    Introduction par Jacques BRINGER

  • 10H00

    La contestation des experts à l’heure des incertitudes scientifiques et de la crise sanitaire

    Virginie TOURNAY

    Animateur : Claude JAFFIOL

    10H00

  • 10H40

    Tenir le cap de l‘intégrité scientifique à l’heure de la Covid

    Alain FISCHER (en vidéo) – Didier HOUSSIN

    Introduction par Bernard CHARPENTIER

  • 11H20

    Sciences, politique et société : les leçons de la crise Covid-19

    Jean-François DELFRAISSY

    11H20

  • 12H20

    Pause Déjeuner

  • 13H30

    Quelles repères éthiques pour l’innovation en neurosciences ?

    Michel CLANET

    13H30

  • 14h15

    Les nouvelles technologies pour lire dans nos têtes ?

    Laurence DEVILLERS (en vidéo) – Emilie OLIE

    Animateur : Jacques TOUCHON

  • 15h15

    Organoïdes : faits et fantasmes

    Nathalie VERGNOLLE – Jean-Marc LEMAITRE

    Animateur : Alain PRIVAT

    15h15

  • 16h15

    Le soin par les algorithmes : impact sur la relation avec les patients

    Alain LIVARTOWSKI – Bernard NORLINGER

    Animateur : Jacques BRINGER

  • 17h15

    Les enjeux éthiques des biotechnologies de la prédiction

    Pierre LE COZ – Pascal PUJOL

    Animateur : François-Bernard MICHEL

    17h15

  • 18h00

    Conclusion

Dans le cadre des 800 ans, une exposition de photographies aura lieu du 10 juillet au 10 octobre. Réalisée par le renommé photographe Cédric MATET, elle aura lieu au Jardin des Plantes. Ce photographe a également réalisé en 2020 l’exposition « Derrière les masques » qui met en avant 200 portraits de personnels médicaux.

Infos pratiques

 

« L’humain dans son jardin »

Le titre de l’exposition est fondamentalement lié à son contenu. En effet, pour cette occasion, l’artiste a choisi de travailler avec des pièces anatomiques provenant du conservatoire d’anatomie de la Faculté. Pour mieux comprendre son projet, nous avons réalisé une interview du photographe.

 

Quel est votre parcours ?

Je suis d’origine Sétois. J’ai fait une école de design à Montpellier qui s’appelle aujourd’hui l’ESMA. À la suite de cela, j’intègre l’école de l’image Gobelins à Paris. Plus tard, je reprends mes études pour passer un magister en Urbanisme et Développement Durable parce que la ville m’intéresse. Entre temps, je fais de la direction artistique et du design au sein de boîtes de communication.

Ce qui m’intéresse, c’est de lier l’art à la ville, aux plans, à la cartographie, à l’humain. Un artiste doit, à mon sens, être au sein de son contexte : urbain, politique, humain.

 

Pouvez-vous nous parler du projet « Derrière les masques » ?

C’est Gérald CHANQUES, Professeur à la faculté et médecin à l’Hôpital Saint Eloi qui m’a contacté et qui m’a proposé ce projet. Je voulais transposer une vision de ce que peuvent être les soignants et leurs engagements. 

 

Comment vous définiriez-vous ?

Si je dois me définir et définir mon travail, je parle de la transdisciplinarité. En effet, je suis photographe, mais je suis aussi plasticien, j’aime travailler avec divers matériaux et divers corps de métier.

 

Pouvez-vous nous parler de votre nouvelle exposition « l’humain dans son jardin » ?

C’est une idée assez ancienne de traiter le Jardin des Plantes, j’ai cependant une vraie passion pour le musée d’anatomie que j’ai vu lorsque j’étais étudiant. Pouvoir parler de botanique à travers le jardin, mais aussi de l’homme et de la recherche sur le corps, je trouve ça fabuleux. Le projet s’est monté à deux, avec une nouvelle fois, le Professeur CHANQUES.

Ce projet est intéressant car il me fait sortir de ma zone de confort, habituellement je réalise des portraits et là, ce n’est pas le cas.
De plus, étant donné que toutes les pièces sont classées au patrimoine, j’ai un rapport avec la conservatrice qui est particulier. C’est le troisième sujet de ce travail, je ne peux pas travailler sans elle. Habituellement, je contrôle mon modèle, là je ne peux pas au vu de sa fragilité, chaque déplacement doit être réalisé par la conservatrice.
C’est intéressant car la pièce et le jardin vivent en dehors de moi. 

Nous sommes trois sur ce projet : Jane qui fait de l’art numérique et qui est vidéaste, Luc qui fait entre autres du motion design et moi qui fait de l’image et qui m’occupe de la direction artistique de tout ça. Aucun de nous trois ne sait ce que l’on va obtenir comme résultat.

 

Comment avez-vous choisi les pièces anatomiques ?

Je me suis d’abord fait conseiller par le Professeur CHANQUES et les conservateurs pour savoir quelles sont les pièces emblématiques du conservatoire. Je n’ai pas choisi les pièces en fonction de leurs esthétismes puisque ce que l’on veut à travers cette exposition, c’est raconter une histoire et donner du sens.
La seule exception à cela, c’est un buste que nous avons trouvé, dont personne ne connaît l’identité, l’histoire ou son époque. Je l’ai trouvé fragile et touchant et j’ai donc choisi de le prendre. C’est la seule pièce que j’ai prise au “feeling”.

Il y a des pièces que malheureusement nous n’avons pas pu prendre à cause de leur fragilité. J’étais également séduit par d’autres pièces, mais qui ne représentait pas le corps humain et qui nous éloignaient donc du sujet. Je les traiterai plus tard pour un autre travail plus personnel.

Certaines pièces sont également trop difficiles à déplacer de par leurs poids. Cependant, cela fait partie de l’histoire de l’exposition.
Pour certaines pièces que l’on ne pouvait pas sortir au Jardin des Plantes, nous avons emmené le Jardin à celles-ci en prenant des branches et des feuillages.

 

Il y a 100 ans, les étudiants de la Faculté de Médecine de Montpellier inauguraient des œuvres au sein du Jardin des Plantes et du Bâtiment historique de celle-ci pour célébrer le 7e centenaire. Pour reproduire cette action symbolique à l’occasion des 800 ans, une association a été créée, par les actuels étudiants, en 2019.

La naissance d’une association

Pour mener à bien ce projet, l’Association Carabine Montpelliéraine (ACM) et le Syndicat des Internes du Languedoc-Roussillon (SIRL) s’associent et créent l’Association pour une Cérémonie Historique des Etudiants en Médecine de Montpellier (ACHEMM). Celle-ci est composée de 19 membres et présidée par Allan Guilliey, étudiant en 4e année de médecine. L’association a pour but la mise en place du projet, de l’idée à la réalisation, notamment avec la recherche des artistes qui exposeront leurs œuvres dans le nouveau Campus Arnaud de Villeneuve.

Un événement repensé à la suite du Covid-19

A l’origine, cette exposition devait être introduite par un gala organisé par les étudiants de l’ACHEMM. De nombreuses institutions européennes devaient y être conviées en fin d’année 2020 et l’association avaient la possibilité de prendre la parole lors du congrès du groupe COIMBRA initialement prévu en juin 2020. Ce groupe, fondé en 1985 a pour but de réunir et de promouvoir l’excellence des universités européennes, en vue d’en pérenniser le haut niveau d’enseignement, la recherche et la mobilité académique sur le plan international, tout en créant des liens culturels particuliers.
Malheureusement, les contraintes sanitaires obligeants à repenser l’événement, un vernissage de l’exposition aura donc lieu en juillet 2021 afin de mettre en lumière le travail des étudiants.

Un travail colossal

Pour mener à bien ce projet, les étudiants de l’association ont dû investir beaucoup de leur temps et de leur énergie. Pour exposer des œuvres faisant sens, les étudiants ont effectué un appel à projet auprès des artistes locaux. Une vingtaine d’artistes ont envoyé leurs travaux : à la suite de cela, les étudiants en ont choisi treize en fonction de ceux qui paraissaient artistiquement le plus en adéquation avec le projet.

Ensuite, les membres de l’association ont dû démarcher les Collectivités territoriales afin d’obtenir des financements pour rémunérer les artistes. Ces institutions ont été d’une aide précieuse pour mener à bien ce projet.

Finalement, un très gros travail d’organisation a été réalisé tout au long de ces deux années pour pouvoir mettre en avant cette exposition et à travers elle, l’histoire de la Faculté.

La transmission comme fil rouge

Le thème de cette exposition est la transmission. En effet, la Faculté, vieille de 800 ans, s’est enrichie en 2017 d’un nouveau site au summum de la modernité : le Campus Arnaud de Villeneuve. Les œuvres de cette exposition font le lien entre ces deux sites, alliant classique et modernité, réalisme et abstrait afin de représenter les deux lieux et à travers ceux-ci, les deux époques.

La pièce maîtresse de cette exposition, réalisée par Nicolas Daubanes, est d’ailleurs une molécule d’ADN pour rappeler que malgré le fait que la Faculté soit répartie sur différents sites, tous ces campus partagent le même ADN et s’intègrent dans l’histoire de celle-ci.

Les artistes et leurs œuvres

Visiter l’exposition

Des visites guidées seront proposées le samedi 10 et le dimanche 11 juillet à partir de 14h. Elles se feront dans le respect des gestes barrières. Les inscriptions sont obligatoires :

 

L’association remercie tous ses partenaires (la DRAC, le FRAC, le département d’Hérault, la région Occitanie, Pumkin, le CROUS, L’Université de Montpellier, la Métropole, la Ville de Montpellier) pour leur soutien ainsi que le Professeur Gérald CHANQUES et les services de la Faculté qui ont œuvré au bon déroulement de ce projet. 

En 2016 et 2018, Mesdames Barjon et Blanc, filles de l’ancien Doyen Gaston Giraud, lèguent les archives de leur père à l’université de Montpellier. Ces archives permettent aujourd’hui de vous proposer une exposition sur les évolutions des différents bâtiments et sites de la Faculté depuis le VIIème centenaire commémoré en 1921.

 

Une exposition divisée en plusieurs parties

Cette exposition, réalisée par le service des archives de l’Université de Montpellier, (Sophie Dikoff, Antoine Redouly et Gwendoline Perrault) en collaboration avec Mme Barjon et Monsieur le Professeur Dedet et avec la participation en particulier du Doyen Jacques Bringer, du Professeur Daniel Jarry et de M Serge Caminade, portera sur les évolutions des différents bâtiments et sites qui composent la Faculté : le Bâtiment Historique,  l’Institut de Biologie,  les extensions à Nîmes et sur le site Nord de Montpellier (l’UPM et le bâtiment du campus Arnaud de Villeneuve) et pour finir le Jardin des Plantes.

Plongez-vous au cœur des archives

Grâce aux dons de la famille de l’ancien Doyen Giraud, cette exposition est riche en photographies. Vous pourrez admirer des photos des anciens bâtiments pour ainsi vous rendre compte de toutes les évolutions architecturales de ceux-ci. L’exposition met également en valeur d’autres documents significatifs du développement des bâtiments, comme par exemple des plans architecturaux, des lettres manuscrites, des cartes postales…

Un travail de grande envergure

A cette occasion, nous avons interrogé Sophie Dikoff, l’archiviste en charge de cette exposition pour comprendre comment celle-ci a été mise en place.

Pourriez-vous nous parler de votre métier ?

Mon rôle, en tant qu’archiviste au sein de l’Université de Montpellier est d’accompagner l’ensemble des structures à traiter leurs archives conformément à la législation en vigueur sur les archives publiques. Cette mission se fait en lien avec les archives départementales de l’Hérault qui exerce un contrôle scientifique et technique.  Les archives permettent de laisser une trace des évolutions qu’elles soient architecturales, sociétales…

 

D’où proviennent les archives présentes dans cette exposition ?

La majorité de celles-ci provient des dons de la famille du Doyen Giraud. En effet, le doyen conservait beaucoup de documents sur ces différents travaux en tant que Doyen de la Faculté de Médecine de Montpellier mais aussi à titre individuel, passionné par l’histoire de la Médecine et de la Faculté de Montpellier. Les autres archives proviennent de la collection iconographique de l’Université, de la photothèque de l’Université et de celle de la Conférence des Présidents d’Université qui ont été complétées par des photographies réalisées pour l’exposition.

 

Combien de temps avez-vous mis à préparer cette exposition ?

L’exposition devait initialement avoir lieu en octobre 2020 mais face aux contraintes sanitaires, nous avons dû la reporter. Je travaille donc sur ce projet environ depuis le début de l’année 2020. Le processus est très long puisqu’il faut d’abord effectuer des recherches pour pouvoir connaitre les différents aspects du sujet (recherches dans les archives, lectures, rendez-vous auprès de personnes ressource), sélectionner les documents les plus intéressants, solliciter des autorisations d’utilisation des photos en fonction des droits d’auteur, rédiger des textes, déterminer un parcours de visite. Côté scénographie, nous avons fait appel à un scénographe professionnel, André Dumonnet. Pour cette exposition, le parti-pris a été de  faire une présentation par bâtiment et ensuite par ordre chronologique. Un panneau présente une chronologie tous bâtiments et sites confondus.

 

Une exposition ouverte à tous

L’exposition qui aura lieu du 18 juin 2021 à 13h30 au 21 juillet 2021 à 18h00 est gratuite. Les visites seront libres du mercredi au vendredi de 13h30 à 18h ainsi que les samedis de 10h à 12h30 et guidées les samedis de 13h30 à 18h.

 

La célébration des 800 ans de notre Faculté se poursuit avec un nouvel événement ludique ! Rejoignez l’équipe du Manoir du Crime le samedi 5 et le dimanche 6 juin pour des soirées inoubliables et pleines de frissons…

Une enquête grandeur nature

Le bâtiment historique sera le théâtre d’un jeu grandeur nature. Fans de Cluedo et de séries policières, revêtez votre plus beau costume d’enquêteur pour élucider les mystères de la Troupe du Manoir !

Nous sommes en 1806. Gabriel Prunelle est sur les route de l’Empire et réunit une importante collection d’ouvrages afin de constituer une bibliothèque unique en son genre.
Mais pendant ce temps, à Montpellier, quelque chose de sombre se trame dans la faculté. Un des ouvrages récupérés par Monsieur Prunelle est au coeur d’une découverte macabre. 
Saurez-vous découvrir le fin mot de l’histoire ?

Cette Soirée du Crime signe le retour de l’Association Manoir du Crime après plusieurs mois d’attente.
Et c’est avec l’Université de Montpellier et la Faculté de médecine que la Troupe du Manoir fête son retour.
A l’occasion des 800 ans de la faculté, nous avons encore une fois la chance de pouvoir vous accueillir dans le cadre prestigieux de l’amphithéâtre d’anatomie du bâtiment historique situé en face du Jardin des Plantes.

Une manifestation dans le respect des gestes barrières

Soucieux de vous offrir une belle soirée dans un cadre incroyable tout en respectant les consignes sanitaires, voici les règles à respecter :

– le masque est obligatoire pour tout le monde, les membres de la Troupe compris.
– du gel hydroalcoolique sera mis à disposition. N’hésitez pas à l’utiliser.
– Des équipes de 6 joueurs seront constituées afin de respecter la règle des “6” en vigueur
– Les équipes seront réparties dans l’amphithéâtre afin de respecter la distanciation sociale
– Les “assistants” de la soirée (membre de la Troupe du Manoir) seront gantés afin de vous donner les documents de la soirée.
– Une partie de la soirée se déroulera en plein air, dans la cour d’honneur.

Un événement sur inscription

Deux sessions sont proposés :

  • Le samedi 5 juin de 17h à 20h
  • Le dimanche 6 juin de 15h30 à 18h30

Tarif unique : 20€

L’Université de Médecine de Montpellier est la plus ancienne école universitaire de médecine du monde. Elle a célébré ses 800 ans le 17 août 2020. A cette occasion, une série d’événements devait avoir lieu pendant l’année 2020. Face à la situation sanitaire actuelle, ces événements ont dû être reportés en 2021. Les 800 ans sont marqués par de multiples manifestations qui se dérouleront jusqu’à la fin de l’année. Parmi elles, 5 colloques scientifiques ou académiques sont organisés à distance ou en présentiel dans les bâtiments de la faculté.
Découvrez-les ci-dessous :

  • Le colloque SFHST

    Du 21 au 24 avril 2021

    Cette année, la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques (SFHST) a choisi Montpellier pour organiser son congrès triennal et participer ainsi aux événements liés au 800e anniversaire.100% digital, ce congrès rassemble des professeurs et des experts de haut niveau, venus de toute l’Europe.

  • La faculté écrit son histoire contemporaine

    29 mai 2021, 10h

     Cette manifestation, destinée au grand public, permettra de raconter l’épopée des grands médecins montpelliérains du monde contemporain. Cet événement se déroulera au sein du bâtiment historique de la faculté de Montpellier.


    La faculté écrit son histoire contemporaine

  • Colloque Médecine et Judaïsme

  • Colloque Gui de Chauliac

    Colloque Gui de Chauliac

  • Réunion de la SFHM

    Le 18 et 19 juin 2021

    La Société Montpelliéraine d’Histoire de la Médecine (SMHM) ainsi que la Société Française d’Histoire de la Médecine (SFHM) se réunissent pour des journées communes centrées sur les 800 ans de la Faculté de Médecine de Montpellier.

 

Découvrez le programme de chaque événement et les modalités d’inscription sur le site des 800 ans.

Après avoir célébré notre anniversaire le 17 août dernier, retrouvez du 2 septembre au 31 octobre l’exposition sur l’anatomie “Corps à Coeur”, en accès libre, au Bâtiment Historique.

 

Bonne nouvelle ! L’exposition Corps à Coeur sera rééditée à compter du 19 septembre 2021 !

 

Une exposition sur les sciences anatomiques

Au travers de cette exposition, la Faculté et l’Université mettent en valeur les collections anatomiques de la Faculté de Médecine. Celles-ci témoignent des méthodes d’enseignement de l’anatomie de la fin du milieu du 18e au milieu du 20e avant l’avènement de « l’anatomie du vivant » et des techniques modernes d’investigation du corps humain.

L’exposition, en sélectionnant des pièces uniques parmi ces collections, permet de mettre en regard ces objets témoins des méthodes historiques d’étude de l’anatomie avec les moyens d’imagerie médicale actuels.

Trois thèmes sont déclinés : la diversité des supports pédagogiques, la description du corps humain, et enfin les pathologies et les thérapies.

Une exposition à ne pas manquer, pour les amateurs d’anatomie, d’histoire ou de patrimoine !

Infos pratiques

Commissariat général : Caroline Ducourau, Marie-Angeline Pinail
Commissariat scientifique : Pr. François Bonnel, Dr. Christophe Bonnel

L’exposition se tiendra dans les salles Tekné Makré, au rez-de-jardin du Bâtiment Historique, du 1er septembre au 17 octobre 2020.

L’accès est libre à partir du 2 septembre, du mercredi au vendredi de 13h30 à 18h et le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h.

Port du masque obligatoire.

 

Jeudis de l'UM

MAJ du 29/09/20 – Les Jeudis de l’UM du 6 et 8 octobre sont malheureusement annulés en raison de la situation sanitaire actuelle. Après un lancement sur le Campus Arnaud de Villeneuve en janvier,  les jeudis de l’UM reviennent en cette fin d’année 2020 pour un cycle de conférences inédites autour de la santé. Retrouvez les sessions des Jeudis de l’UM sur le Campus de la Faculté de Pharmacie ainsi qu’à l’Orangerie du Jardin des plantes.

 

Un cycle de conférences inédites sur la santé

Les jeudis de l’UM reviennent en 2020 ! Ouvertes au public, ces conférences sont l’occasion d’en apprendre plus sur les nouvelles technologies et pédagogies de santé, mais aussi d’élargir ses connaissances sur les plantes médicinales ou encore l’aromathérapie ! Autant de sujets qui seront traités tout au long de l’année par des enseignants-chercheurs de notre Université.

MAJ du 29/09/20 – Les Jeudis de l’UM du 6 et 8 octobre sont malheureusement annulés en raison de la situation sanitaire actuelle.

Mardi 6 octobre 2020 – Les plantes médicinales

Aussi loin que l’on remonte dans le temps, grâce aux manuscrits anciens, l’avenir de l’humanité a semble-t-il toujours été intimement lié aux plantes. La renommée des premiers médecins (depuis Hippocrate, le Père de la médecine, 450 ans av. JC) s’est bâtie le plus souvent sur la grande connaissance qu’ils en avaient et des soins qu’ils en tiraient. Logiquement donc, on a qualifié les plantes utilisées pour la formulation de ces nouveaux remèdes (« médicaments » = « pharmacon »), de « médicinales ». Mais, que reste-t-il de cette définition historique et ancestrale ? Que signifie encore pour nos contemporains et quelle est l’importance des « plantes médicinales », en 2020 ?

 

 

Jeudi 8 octobre 2020 – Utilisation des plantes à essences : entre parfum et médecine

Un événement, deux conférences ! Apprenez-en plus sur le Jardin des Plantes ainsi que sur les plantes et parfums !

● 15h00 : Le Jardin des Plantes de Montpellier, le plus ancien de France – par Thierry Lavabre-Bertrand
● 16h00 : Utilisation des plantes à essences : entre parfum et médecine – par Sylvie Munier

 

 

En raison du contexte sanitaire, le port du masque est obligatoire pour tous.

 

A (re)découvrir – Jeudi 16 janvier 2020 – Pédagogie Médicale : les sentiers de l’innovation

“Jamais la première fois chez l’homme » pour un professionnel de santé. Même si il y a toujours une première fois, il est important de préparer les futurs professionnels de santé par un apprentissage par mise en situation, que ce soit pour les gestes techniques, pour les habiletés relationnelles, pour la communication interprofessionnelles, ou bien pour la préparation aux situations d’urgence où toutes les actions doivent être parfaitement coordonnées.

Inspirées des standards de l’aéronautique, les plateformes de simulation en santé sont un outil incontournable de la formation du savoir-faire et du savoir-être des futurs professionnels de santé en complément des stages au contact des patients. Cette première édition des jeudis de l’UM au cours des 800 ans de la Faculté de Médecine est l’occasion de découvrir ces outils remarquables en découvrant le Campus Santé Arnaud de Villeneuve et d’appréhender les enjeux de ces techniques pédagogiques qui restent dans la droite ligne de la doctrine de la Faculté de Médecine plaçant l’homme au centre des préoccupations.

 

Retrouvez ci-dessous le programme des conférences de la journée, à suivre à partir de 15h, en Amphithéâtre Rondelet !

  • Une plate-forme d’enseignement par simulation : un gadget? – par Blaise Debien
  • La recherche en enseignement par simulation – par Valérie Courtin
  • L’enseignement par mise en situation : l’évaluation par le C3 – par Philippe Guilpain

Notre série de présentation des associations reprend ! Aujourd’hui, nous avons donné rendez-vous à Léa Savater, Présidente de l’ANIMN, l’Association des Nouveaux Internes de Montpellier-Nîmes !

 

Pouvez vous nous présenter votre association en quelques mots ? Quel est son objectif ?

L’Association des Néo-Internes Montpellier-Nîmes (ANIMN) existe depuis 2009 et a pour but l’organisation de la cérémonie de remise des diplômes des étudiants en 6ème année de médecine de
l’UFR Médecine Montpellier-Nîmes.

Pouvez-vous nous en dire plus sur cet événement ?

Cet événement, central au sein de la faculté, permet de féliciter les étudiants venant de passer l’ECNi (Examen Classant National informatisé). A l’issu de ce concours, les étudiants choisissent leur
spécialité et la ville dans laquelle ils l’exerceront. La remise des diplômes a habituellement lieu au Jardin Des Plantes en présence du corps professoral de la faculté, de Monsieur le Doyen, Monsieur le Président de l’Université, Monsieur le Maire, ou encore des représentants de l’Ordre des Médecins. A cette occasion, chaque étudiant se voit remettre son écharpe de diplômé et son diplôme de fin d’études devant sa famille et ses amis. C’est un grand moment d’émotion et de partage. Par la suite, la soirée se poursuit par un gala dans la Cour d’honneur du Bâtiment Historique de la Faculté pour un dernier moment de partage festif entre étudiants et leurs familles. Cette année, en raison des contraintes sanitaires, la cérémonie aura simplement lieu dans la la Cour d’honneur du Bâtiment Historique sur la journée du 26 septembre.


 

Pourquoi avez-vous intégré l’association à titre personnel ? Qu’apporte votre association aux étudiants ?

Cette association permet à nos étudiants de se retrouver une dernière fois avant que chacun continue sa vie dans la ville qu’il aura choisi. Cet événement est placé sous le signe de la bienveillance et nous permet de célébrer tous ensemble la fin d’un cycle.Cette année est d’autant plus particulière que nous célébrerons la 800 ème promotion d’étudiants de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes, c’est une chance inouïe de pouvoir vivre cet instant dans un bâtiment autant chargé d’histoire.

Où contacter l’ANIMN ?

Facebook : Asso Nouveaux Internes Montpellier-Nîmes

FacMedMtp-BH

Sur décision du Préfet de l’Hérault, les Journées du Patrimoine ne sont pas maintenues au sein des bâtiments publics. La Faculté et le Jardin des Plantes sont concernés par cette annulation. Plus d’infos dans cet article.

 

Annulation des JEP au sein de la Faculté de Médecine et de son Jardin des Plantes

L’arrêté préfectoral n° 2020.01.1066 prononce l’interdiction d’accueil des publics dans les établissements d’état à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2020 et ce, en raison du contexte sanitaire actuel.

Nous sommes donc au regret d’annoncer l’annulation des visites guidées prévues samedi 19 et dimanche 20 septembre. 

Cette annulation s’applique aux manifestations prévues au sein du Bâtiment Historique de la Faculté de Médecine ainsi qu’au Jardin des Plantes.

Télécharger l’Arrêté Préfectoral Télécharger le CP de la Préfecture

 

Suspension des expositions temporaires “Art et Anatomie” et “Corps à Coeur” le 19 septembre

En concertation avec la présidence de l’Université, la direction de la Faculté a décidé de suspendre également durant ce week end les expositions temporaires présentes au Bâtiment Historique : “Art et Anatomie” au Musée Atger ainsi que l’exposition “Corps à Coeur” dans les salles Tekné Makré.

 

Ces expositions reprendront leurs horaires d’ouverture habituels dès le lundi 21 septembre.